CaptureUbud est connue pour être la capitale culturelle de Bali, et l’on peut facilement pousser la curiosité en allant à Mas, un village traditionnel dédié à la sculpture sur bois, situé à seulement quelques kilomètres. Le plus difficile est de choisir l’endroit où l’on a envie de s’arrêter, car les ateliers ne manquent pas. Thierry et moi choisissons d’y aller un matin en taxi, avant que le soleil ne soit trop dur. Le chauffeur se gare sur le parking d’un grand atelier-boutique. DSCN8699 DSCN8700Quelques touristes sont déjà sur place, c’est sûrement une adresse bien référencée. Comment dénicher « la perle rare » au beau milieu de centaines de statuettes en teck ou autre essence de bois ? Pas facile. De plus, le côté « Too much » de certaines pièces exposées – trop sculptées ou trop sophistiquées – nous confirme dans l’idée que ce n’est pas un endroit pour nous. Nous stoppons net le commerçant « super glue » qui ne nous a pas quittés d’une semelle et sortons pour respirer enfin.

Alors que nous regagnons la voiture, notre regard est attiré par un entrepôt, situé de l’autre côté de la rue. De grands morceaux de bois brut sont exposés à l’entrée. Tout pour nous plaire. Le magasin s’appelle Alit Wood (Jl Raya, Mas, Ubud, Bali).

DSCN8706 DSCN8707Nous craquons littéralement pour des pièces brutes en teck, remplies de petites imperfections. Je laisse le soin à Thierry de choisir les plus belles pièces selon nos critères. Le commerçant, fort discret, ne nous met aucune pression, nous laisse toucher la marchandise et choisir tranquillement. Le taximan nous a rejoints et nous regarde un peu perplexe nous extasier devant des morceaux de bois. DSCN8701DSCN8705DSCN8703DSCN8702Un peu plus tard, nous nous rendons à l’atelier du peintre I ketut Soki à Penestanan qui n’est autre que le père de notre chauffeur de taxi. C’est un monsieur très solaire qui nous reçoit chez lui. IMG_4758

DSCN8719DSCN8720Ce peintre balinais, né en 1946, est un artiste qui expose dans de nombreuses galeries d’art. Son histoire est très belle… Elle a démarré lorsque enfant, il a eu l’opportunité de recevoir des leçons d’art du célèbre artiste Arie Smit, l’un des fondateurs du mouvement « Jeunes Artistes ».


Tout a commencé en 1960, lorsqu’Arie Smit se promène dans les rizières de Penestanan, à Bali. Il fait la rencontre d’un jeune garçon – I Nyoman Cakra – en train de dessiner dans la terre sableuse. Smit l’invite alors dans son atelier et lui donne des crayons et du papier. Comme I Nyoman Cakra ne souhaite pas resté seul, il demande à Smit si son neveu peut l’accompagner ? Son neveu n’est autre que I Ketut Soki en personne. C’est ainsi que les deux jeunes deviendront les premiers élèves de Smit.     DSCN8715Pour voir plus d’œuvres d’art de I Ketut Soki, rendez vous sur son site officiel à l’adresse www.ketutsoki.com

IMG_4754IMG_4752Nous tombons sous le charme d’une peinture naïve, très colorée à l’image de notre voyage. Qui aurait cru ce matin en nous levant que nous allions acheter d’aussi jolies choses ! IMG_4756 IMG_4757

One Thought on “Mas et Penestanan, villages d’artistes balinais

  1. Romain on avril 3, 2018 at 6:04 said:

    Félicitations et merci pour ce superbe récit.
    Pourriez-vous me contacter pour obtenir quelques informations supplémentaires au sujet de ketut soki.
    Amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation