Notre deuxième arrivée à Phnom Penh

Nous sommes le 18 décembre, et il fait frais ce matin. Installée à la table du petit-déjeuner, des frissons courent le long de mon dos, tandis que le vent agite la végétation au bord de la piscine. Il fait probablement 20°C, mais nous sommes habitués maintenant aux températures élevées. Je remonte à la chambre pour prendre un gilet en laine. Thierry et moi décidons de prendre un tuk tuk pour visiter le marché russe (Russian Market). Théophile n’aime pas trop les marchés de jour, il préfère l’ambiance des « Night markets » (marchés de nuit). Capture3

Le marché russe se trouve à environ 4 kilomètres de notre hôtel. Nous traversons des quartiers que nous ne connaissons pas encore, cela nous permet d’avoir un autre aperçu de Phnom Penh. Mais pourquoi appelle-t-on cet endroit, le marché russe ? Il est l’un des marchés les plus touristiques de la ville. Y vendent-ils de la vodka ? Non.IMG_0619 IMG_0622 IMG_0627

Nous arrivons enfin devant un énorme marché couvert. Thierry et moi ne nous attendions pas à voir un marché aussi « propre », sans compter que le quartier est plutôt agréable ! Nous nous engouffrons dans ses couloirs sombres, et là nous découvrons une vraie caverne d’Ali Baba ! Des milliers de souvenirs, des bibelots en tout genre, des sculptures, des bijoux qui brillent de mille feux, des vêtements… des contrefaçons en veux-tu, en voilà… J’en ai la tête qui tourne ! Nous nous enfonçons dans les allées étroites, tournons à droite, puis à gauche… et puis, on finit par se retrouver dans le « quartier » des pièces d’occasion… Des centaines de pots d’échappement pendent le long des stands, mais aussi des selles, des guidons, des rétroviseurs… de quoi se fabriquer son propre engin. Thierry pense à son grand-père qui était garagiste et me dit que chez son grand père « c’était un peu comme ça ». IMG_0637 IMG_0639 IMG_0641 IMG_0642Un peu plus loin, nous arrivons dans le coin des artisans bijoutiers… et là c’est moi qui m’arrête pour les regarder travailler. Très intéressant. DSCN5813DSCN5819En nous dirigeant vers la sortie, nous sommes attirés par des odeurs alléchantes et découvrons un endroit fantastique pour manger. Tout semble appétissant, tant que les yeux ne vagabondent pas ailleurs que dans les woks. Mais moi, mon défaut, c’est d’avoir les yeux partout. Au-dessus des tables où mangent les clients, un ventilateur éteint – heureusement pour eux – est chargé de toiles d’araignée et de crasse.IMG_0650IMG_0654DSCN5826 DSCN5829 DSCN5832IMG_0658 IMG_0662En sortant du marché, nous nous imprégnons de l’ambiance locale… Les fruits sont beaux, les lotus sont de sortie… Une femme vend des coquillages préparés avec du piment et des aromates. IMG_0664 IMG_0665 IMG_0666 IMG_0682IMG_0671 IMG_0677 IMG_0685Nous traversons la rue pour mieux voir les grandes maisons coloniales et passons devant des écoles américaines. Le quartier est huppé, les villas sont parfois énormes. DSCN5841IMG_0693En rentrant à l’hôtel, je me connecte sur Internet pour en savoir un peu plus sur ce beau marché animé. J’apprends qu’il a commencé à être fréquenté par les étrangers pendant les années 1980, à l’époque où la majeure partie de la communauté étrangère au Cambodge était russe, d’où son nom… et qu’il est l’endroit rêvé pour dénicher de jolies étoffes. Il est ouvert tous les jours de 7h à 17h.

IMG_0694 IMG_0695IMG_0697 IMG_0698

3 Thoughts on “Notre deuxième arrivée à Phnom Penh

  1. Patrice on décembre 20, 2014 at 8:51 said:

    Que c’est beau toutes les couleurs et le marché très particulier :-)

  2. Impressionnante cette énorme villa !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *