Au revoir Chiang Mai, bonjour Pang Mapha/Soppong

Il est presque 11 heures, les valises sont bouclées et nous sommes prêts à partir. Nous sortons de la « triple 3 » du Wangburapa Grand Hotel et appelons l’ascenseur. Le taxi est déjà garé sur le parking. Dans le hall, un employé de l’hôtel saisit nos valises et les porte jusqu’au van. Nous sommes surpris par la taille du taxi, un véhicule de tourisme d’une dizaine de places. L’organisateur des tours de l’hôtel me prévient que la route va être longue et sinueuse. Il rit en faisant des zigzags avec sa main. Je lui dis en plaisantant que je vais probablement avoir mal au cœur et que j’aurai besoin d’un « bag » (un sac). Le chauffeur s’en amuse lui aussi et m’indique que deux baumes du tigre sont posés sur la tablette à côté du siège du conducteur. Je monte en voiture et teste les baumes censés nous soulager des maux de voiture. Théophile choisit une place au fond. Thierry me rejoint et s’installe à mes côtés derrière le chauffeur. L’organisateur s’éclipse d’un coup, comme s’il avait oublié quelque chose, et revient quelques secondes plus tard avec deux énormes sacs plastiques du laundry service (lingerie). Tout le monde est d’humeur taquine, et nous rions tous de bon cœur.

Il est temps de partir, le taxi démarre… Bye bye Chiang Mai. DSCN4700DSCN4699IMG_1094Nous attaquons la route de montagne. Elle est en très bon état, et notre chauffeur est un excellent conducteur. Théophile est allongé au fond du van, des écouteurs sur les oreilles. Nous voyageons dans des conditions optimales, sans stress et confortablement. Tant mieux, car la route nous paraît vite interminable. Ce n’est pas tant la distance qui nous chagrine, c’est plutôt la succession de virages en lacets jusqu’à Pang Mapha… IMG_1116Le chauffeur met son clignotant et se gare. Nous avons l’impression d’être des écoliers dans un bus scolaire. Il descend et se dirige sans rien dire vers une jeune femme qui cuit des bâtons de bambou. Nous sommes intrigués et le regardons en acheter deux. Thierry descend et va le rejoindre. DSCN4718Ils reviennent en décortiquant chacun une tige de bambous. A l’intérieur, il y a du riz gluant. Nous en goûtons tous les trois… C’est légèrement sucré, et doux avec du lait de coco. En un mot, délicieux ! IMG_1099IMG_1100Au bout de trois heures de route, Théophile nous dit qu’il commence à avoir mal au ventre, tandis que Thierry commence à perdre ses couleurs. Tout pâlot, il s’empare du baume du tigre et respire l’odeur mentholée des huiles essentielles. (Une fois n’est pas coutume, je n’ai aucune nausée.) Je regarde le paysage qui est un oasis de verdure, et capture quelques images, des instants saisis sur le vif. IMG_1124Nous faisons une halte pour nous dégourdir un peu les jambes. Je remarque la chute des températures, j’ai quelques frissons. Ce sont les premiers depuis notre arrivée en Asie. L’endroit est magnifique et reposant. Des enfants courent sur la pelouse aux herbes grasses, tandis que deux jeunes moines se photographient. Je m’installe sur un petit promontoire pour mieux profiter de la vue. IMG_1122IMG_1129Nous avons encore une heure de route jusqu’à la guesthouse. La pause a été bénéfique pour nous trois, et probablement aussi pour le chauffeur, car la route nous semble moins sinueuse.DSCN4710Nous arrivons devant la Little Eden Guesthouse. Nous remercions le chauffeur qui nous laisse sa carte professionnelle au cas où nous voudrions faire appel à ses services pour retourner à Chiang Mai. L’accueil à la guesthouse est un peu froid. Théophile le remarque immédiatement. (Comme nous, il aime le sourire chaleureux des Thaïlandais.) Nous suivons Phen (prononcez « peine »), la propriétaire, qui nous fait visiter trois maisons et le jardin. Nous choisissons la première pour sa vue sur la rivière, le charme de l’étage aménagé en mezzanine, sa salle de bains en tadelakt gris et surtout pour ses nombreuses fenêtres ouvertes sur la nature luxuriante ! Sur la terrasse, j’entends le chant des oiseaux, le murmure de la rivière et la complainte des grenouilles (le soir). Autour de nous, la végétation est exubérante, et des papillons géants virevoltent de fleur en fleur. Quelle paix ! IMG_1134IMG_1135 IMG_1136 IMG_1137 IMG_1138IMG_1140 IMG_1141IMG_1144 IMG_1145 IMG_1146 IMG_1147

2 Thoughts on “Au revoir Chiang Mai, bonjour Pang Mapha/Soppong

  1. Et ben c’est un vrai havre de paix !!!! Que c’est beau encore et toujours !! Profitez bien de votre séjour. Bisous à vous 3

  2. Coucou Joan, la nuit et le matin sont très froids. C’est surprenant en Thaïlande. Tu me crois si je te dis que j’ai dormi avec des chaussettes ? :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *