Au revoir Mandalay, bonjour Bagan

Après une semaine de visites magnifiques, nous quittons l’hôtel My World le 05 février au matin. Avant de monter en voiture, nous prenons la photo souvenir avec l’équipe de charme que forment les deux réceptionnistes qui ont été si adorables avec nous pendant tout notre séjour. Emily, qui se trouve à gauche sur la photo, nous a trouvé un chauffeur de taxi privé sachant parler anglais pour 12000 Kyats. Au Myanmar, les taxis privés pour les longues distances sont horriblement cher et nous savons que ce n’est pas à Bagan que nous allons faire des économies. L’hôtellerie y est hors de prix…

IMG_2696Si nous n’avions qu’un sac à dos, nous aurions probablement pris le bus qui est une option bon marché. Mais nous avons des bagages énormes et du matériel informatique auquel nous devons faire attention. L’avantage de prendre un taxi privé, c’est qu’il nous peut nous arrêter à la demande, pour prendre une photo ou un déjeuner quelque part… Et puis, nous adorons communiquer avec les chauffeurs locaux qui nous parlent volontiers de leurs traditions ou leur religion. Cela nous permet de mieux comprendre certaines choses qui ne sont pas toujours écrites dans les guides.

CaptureDans le taxi, j’en profite pour faire quelques selfies avant de me laisser captiver par les paysages. DSCN7536 DSCN7537 DSCN7538Au fur et à mesure que les kilomètres défilent, nous découvrons le Myanmar central, de longues plaines sèches et arides. C’est une véritable surprise, j’imaginais le pays vert et fertile. Thierry me dit très justement que les paysages lui font penser au Sahel. De grandes étendues de terres sablonneuses s’étendent le long de la route, c’est quasi désertique.  DSCN7555 DSCN7560 DSCN7564Au bout de deux heures de route, nous convenons avec le taxi d’aller boire un verre et aussi de nous dégourdir les jambes. Il s’arrête devant un immense hangar ouvert où des hommes sont assis dans des fauteuils bas en plastique de couleur : c’est un « coffee shop » traditionnel où le thé est gratuit pour tout le monde. (J’adore l’idée.) Un thermos est à la disposition du client sur chaque table. Bien entendu, il est possible d’y boire autre chose que du thé et même d’y prendre une collation. Thierry et Théophile ont d’ailleurs un petit creux. Mais le serveur est un peu loin pour entendre leur demande. Notre gentil taximan a alors une super technique pour l’appeler. Il fait un bisou dans l’air. C’est un peu surprenant, mais c’est ainsi qu’on appelle pour passer commande. Théophile très intrigué n’en revient pas. Nous en apprenons vraiment tous les jours, reste à savoir si, moi, en tant que femme, je peux envoyer des bisous « dans le vent » sans que ce soit perçu comme déplacé. Une chose est sûre, c’est que cela ne se fait pas dans les restaurants. Nous passons commande au serveur qui est maintenant devant nous… Ce sera beignets et thé au lait pour les garçons, thé nature pour moi. IMG_2698Les derniers kilomètres nous paraissent plus faciles. Le décor a changé, les sols secs ont fait place aux terres un peu plus fertiles.

DSCN7566Le taxi s’arrête devant une guérite. Le droit d’entrée à Bagan est de 10 dollars par personne, valable 5 jours. Puis nous découvrons les premières pagodes en briques rouges, visibles de la route… Waouh ! Nous voilà donc sur le site archéologique de Bagan que les voyageurs élèvent au top du top… Une autre merveille du monde ?

4 Thoughts on “Au revoir Mandalay, bonjour Bagan

  1. Tu veux monter la curiosité? Elles sont où les photos des premiers pagodes?

  2. Patrice on février 24, 2015 at 8:44 said:

    J’adore le bisous en l’air 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *