Notre arrivée à Phuket

Samedi 10 janvier 2015. Nous sommes installés dans une guesthouse, la Beach Breeze, au sud de Phuket, à 200m de la plage de Kata. Nous y avons réservé une chambre familiale triple assez vaste, avec une table et deux chaises pour travailler sur l’ordi. La chambre est spartiate et un peu triste. Tout part en désuétude. On sent bien qu’à Phuket, les hôteliers n’ont pas besoin de faire d’effort dans la décoration, car la demande dépasse l’offre. Ce n’est pas grave, on fera avec d’autant plus que la chambre est spacieuse. Capture

Pour notre premier matin, nous avons prévu d’aller à la plage. La dernière fois que nous sommes allés à la plage, c’était à Penang et l’eau était franchement polluée. Il fait un soleil radieux, le ciel est bleu, et la ville que nous traversons à pied est plutôt agréable et propre : de longs trottoirs, des boutiques de maillots de bain, des supérettes, des pharmacies, des restaurants, des discothèques… Bref, la station balnéaire classique.

Lorsque nous arrivons sur la plage, nous sommes à moitié surpris de voir autant de monde. C’est la haute saison, et beaucoup de Russes prennent leurs vacances. Sur le sable, c’est la fournaise. Nous cherchons de l’ombre pour nous installer. J’aperçois à quelques mètres un arbre où sont déjà installées deux familles. Nous serons la troisième, l’arbre est suffisamment grand. DSCN6793 DSCN6794 DSCN6795 Rien ne ressemble à la Thaïlande que nous avons déjà vue. On se croirait un peu sur la côte varoise en plein mois d’août. A l’horizon, pas le moindre Thaïlandais… Théophile est grognon, il est habitué aux plages désertes, ou presque, et reste vissé sur sa serviette, l’air boudeur : « Y a trop de monde ». Thierry me glisse à l’oreille que notre fils est devenu « sauvage ». A moins que ce ne soit l’adolescence ? En dépit de la foule, j’apprécie la baignade. L’eau est claire et chaude, on pourrait y rester des heures.

DSCN6797De retour à la chambre, je cherche sur le net où nous pourrions voir un Phuket plus authentique. Je lis que la plus belle plage s’appelle Nai Harn Beach, mais qu’en cette saison la plage est probablement bondée. Sinon, il existe une autre plage, délaissée par les touristes, qui s’appelle Rawai Beach. J’aimerais bien la voir autrement qu’en photo. Thierry sort de la chambre pour se renseigner sur la location d’un scooter. Demain, nous arpenterons les routes de l’île à la découverte de la perle rare, si bien entendu cette perle existe… ?

Si vous projetez d’aller à Phuket, je vous conseille ce lien : Les plages de Phuket.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *