Notre arrivée à Bangkok

Dimanche 25 janvier 2015, Aéroport Don Muang de Bangkok (DMK). Le chauffeur de taxi nous précède d’un pas pressé avec l’une de nos trois valises. Nous essayons de le suivre, et sommes un peu agacés qu’il faille se dépêcher. (On ne va quand même pas courir avec nos sacs et nos valises !) Le taximan se retourne de temps à autre pour s’assurer que nous le suivons bien. Je remarque son air inquiet à la vue de nos bagages. Il se demande probablement comment il va pouvoir rentrer nos trois grosses valises dans sa voiture. Ce sont souvent des Toyota roses ou bleues avec des coffres minuscules, ce qui est complètement inadapté pour des taxis aéroport !

Le coffre de sa voiture ne peut contenir qu’une seule grande valise. Le chauffeur se gratte la tête, très embêté. Il rit un peu, mais il est gêné, ça se voit. Alors on lui fait comprendre qu’il peut superposer les deux autres valises sur la banquette arrière, entre moi et Théophile. Il a l’air soulagé : il n’y a pas de problème, il n’y a que des solutions… Il se met au volant, et Thierry s’installe à ses côtés. A l’arrière, nous sommes à l’étroit, mais je me dis que ce n’est qu’un mauvais moment à passer. La voiture file maintenant vers Bangkok. Les gratte-ciel se font plus nombreux, la nature s’efface… C’est ainsi.  IMG_2103 IMG_2106 IMG_2111 IMG_2114Nous arrivons à l’hôtel Imm Fusion : un petit immeuble coincé entre deux buildings. La décoration orientale est chaleureuse, mais je sens que l’hôtel part en désuétude. Les deux chambres que nous avons réservées sont petites, mais qu’importe nous ne resterons ici que le temps d’avoir nos visas pour la Birmanie.

DSCN7236DSCN7240DSCN7241Le quartier n’est pas emballant et ne donne pas spécialement envie de nous y promener. Mais ce qui est formidable à Bangkok, ce sont justement les taxis qu’on attrape dans la minute et qui peuvent nous emmener partout. Il y en a une multitude et tous ont pratiquement un « meter » (compteur). Les courses en taxi sont vraiment bon marché : Thierry et moi payons moins de 60 baths (1,5 euros) pour rejoindre la Sukhumvit Road Soi 11, en plein cœur de Bangkok. Le soir, quand Théophile veut « avoir la paix », nous sortons, sans lui, boire un verre ou dîner. Et ce quartier est particulièrement connu pour ses restaurants thaïs et internationaux. Il nous arrive même d’acheter quelques brochettes dans la rue, au cas où Théophile aurait un petit creux en soirée. La gastronomie thaïe est vraiment délicieuse, et manger épicé n’est plus vraiment un problème pour nous…  DSCN7246 DSCN7249 DSCN7250 DSCN7258 IMG_2148IMG_2142IMG_2141IMG_2139IMG_2136IMG_2131IMG_2130D’ailleurs on mange à n’importe quelle heure de la journée, que ce soit dans la rue ou dans les centres commerciaux. Les cantines y sont propres et les plats ne sont pas très cher. IMG_2126 IMG_2125 IMG_2124IMG_2121 IMG_2119Nous sommes également allés deux soirs de suite dans le même restaurant, le Best Beef, qui se trouve à 500 mètres de notre hôtel. On adore l’ambiance locale et surtout le fait qu’on fasse nous-mêmes notre barbecue à table. On paye un forfait, nous commandons autant de plats que nous voulons pendant deux heures… Ce resto attire les gros mangeurs, ça vous l’aurez compris, mais c’est vraiment le fait de cuire nos propres morceaux de calamars ou de poulets qui nous a vraiment séduits.

DSCN7229DSCN7218 DSCN7220 DSCN7226 DSCN7228DSCN7234

4 Thoughts on “Notre arrivée à Bangkok

  1. Si vous repassez à Dông Muang un jour, allez faire la queue pour les taxis officiels en descendant des escaliers. Ils vous donnent aussi des vans bon marchés.
    Bise

  2. J’adore la photo du poulet accroché. Hihihi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *