Tout savoir sur le Son [j] (graphies i / ill / y)

Son [j] – Graphies i / ill / y
Il s’agit d’une semi-consonne palatale non arrondie.

Le son [j] que l’on entend par exemple dans papillon [papijɔ̃], griller [grije], yaourt [ja-urt] ou encore rayon [rεjɔ̃] s’appelle en phonétique le yod

On dit qu’elle est palatale, car le dos de la langue s’approche du palais dur et non arrondie, car les lèvres ne s’arrondissent pas.

Il s’agit d’un son mouillé que l’on prononce en lisant alternativement et le plus rapidement possible : i  e  i  e  i  e  i  e… jusqu’à ce qu’on entende vraiment le son [j].

 Plusieurs écritures possibles existent pour ce son :

1. Avec la lettre « y », que l’on retrouve par exemple dans le verbe essuyer [esɥije].
2. Avec les 3 lettres « ill », que l’on retrouve par exemple dans le verbe rouiller [ruje].
3. Avec les combinaison de lettres i+voyelle (ia, io, ié, ier…) que l’on retrouve dans les mots comme février [fevrije], cr[krije], riant [rijɑ̃],  attention [atɑ̃sjɔ̃]

Attention : La combinaison des trois lettres ill ne fait pas forcément le son [j].
Exemples : tranquille [trɑ̃kil], ville [vil], mille [mil].

D’autre part, la lettre y est généralement associée au son [i] dans la plupart des mots français, comme synonyme [sinɔnim], physique [fizik], psychologie [psikɔlɔʒi].  

Son mouillé avec Y

Y = i + i => Le Y vaut deux ‘i’ lorsqu’il se situe entre deux voyelles d’un même mot. Exception : le mot pays (et ses dérivés) où le y vaut également deux « i », même si le Y se trouve entre une voyelle et une consonne.

Imaginez un arbre constitué de 2 branches : l’une à gauche, l’une à droite. Cet arbre ressemble à la lettre Y. Supposez maintenant que les deux branches de cet arbre  correspondent à deux syllabes contenant chacune la lettre « i ».  

               

Apprenez à prononcer correctement le français avec des exercices de phonétique !

(rai ion) rayon [rεjɔ̃] – (voi iage) voyage [vwajaʒ] – (essui ier) essuyer [esɥije] – (moi ien) moyen  [mwajε̃] – (citoi ien) citoyen  [sitwajε̃] – (ai iant) ayant [εjɑ̃] 

La branche (ou syllabe) de gauche contenant un « i » s’associe uniquement avec les voyelles « a », « o » ou « u ».
Ce qui donne phonétiquement : a+i=ai [é] ; o+i=oi [wa] ; u+i= ui.
La branche (ou syllabe) de droite contient également un « i » qui, lui, peut être associé à n’importe quel autre son.

En résumé, pour le son [ye], retenez ce schéma : Y = i + i => La lettre Y équivaut à deux « i ». Dans une première syllabe, le « i » est lié aux voyelles « a », « o » ou « u » pour faire les sons AI [e] ou [ε], OI [wa] ou UI [ɥi], puis dans la syllabe qui suit immédiatement, on doit lire le deuxième « i ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prononcer correctement le français grâce à la phonétique !