L’accent tonique

Cet accent dit tonique est utilisé par tous les Français sans qu’ils s’en rendent vraiment compte. On le retrouve dans toutes les phrases et expressions. Comment le repérer ?

1) Sur la dernière voyelle
L’accent tonique en français est toujours placé sur la dernière voyelle sonore à la fin d’un mot ou d’un groupe de mots qui forme une unité syntaxique. Attention, on ne doit pas prendre en compte le e muet !
Souvent, on allonge cette voyelle en augmentant la voix : Comme c’est joliiiiiii.
Les autres syllabes qui n’ont pas de relief sont dites atones (sans force).
Par exemple, les syllabes me, te, se, le sont atones, contrairement à moi, toi, soi, lui.
« Contrairement à lui, je le pense vraiment. »
« Embrasse-moi. »
Lorsqu’un mot fait partie d’un groupe, il perd son accent au profit du groupe.
Exemple : MademoiSELLe => Mademoiselle Lucie => Mademoiselle Lucie DUPOND
Approchez. Approchez-vous. Approchez-vous de moi.


2) Le « e » muet
Prenons par exemple un mot se terminant par un « e » muet : fromage.
Ce mot se terminant par un « e » muet, l’accent tonique ira donc se porter sur l’avant dernière syllabe.
Je mange du froMAge. (La syllabe « MA » s’entend davantage, on dit donc ici qu’elle est tonique.)
Par contre, lorsqu’un mot ne se termine pas par un « e » muet, l’accent tonique porte sur la dernière syllabe.
Exemples : le tanGO, le méPRIS, le fauTEUIL
Dans le cas du pronom personnel « le » utilisé à l’impératif dans les cas suivants, le e devient sonore et « le » prend l’accent tonique :
Mange-LE. Prends-LE. Attends-LE.

3) L’accent expressif ou d’insistance
Cet accent n’est pas obligatoire, et il est mis selon la volonté de celui qui parle pour insister sur quelque chose de particulier.
Exemples :
Je pensais qu’ils n’avaient qu’UN enfant. (sous-entendu et pas DEUX) ; TU prends TES responsabilités ; Elle a TOUT mangé.
L’accent d’insistance tombe en général (pas systématiquement) sur la première syllabe du mot ou élément sur lequel on veut insister.
On l’utilise pour :
– différencier des mots sur lesquels on insiste volontairement, soit pour donner une explication, soit pour corriger une erreur de compréhension.
Exemples : « J’ai dit BAlade, pas MAlade. »
– exprimer de façon sensible quelque chose  : « c’est TERRible ! », « c’est VACHement bien », «  ce type est un FAYot ! ».
L’accent d’insistance typique du français moderne fonctionne de manière très souple. On peut en effet très facilement accentuer n’importe quelle syllabe (ou presque) lorsqu’on veut souligner quelque chose de précis quelle qu’en soit la raison. On peut très bien dire en français « JE sais » ou « AUjourd’hui ».

4) Les accents en français
Ils ne sont pas (comme en espagnol) un indicateur d’accentuation mais de prononciation. Ils servent uniquement à émettre des sons différents selon la façon dont ils sont accentués (é, è).

5) La prosodie
Il s’agit de l’étude de l’accentuation et de l’intonation. En ce qui concerne l’accent tonique, la syllabe accentuée peut être plus longue, plus forte que les autres et de hauteur mélodique différente. L’accent fonctionne avec des pauses pour faciliter la compréhension et lever les ambiguïtés.
Exemple :
 » Il est interDIT de garer les voiTUres blanches sur le troTTOIR « 
 » Il est interDIT de garer les voitures BLANCHES sur le troTTOIR « 

6) L’intonation
C’est la mélodie de la voix. En français, l’intonation monte à l’intérieur de la phrase, pour signifier que la phrase n’est pas terminée. Les courbes mélodiques représentent les variations montantes/descendantes de la voix. La phrase « Comment vas-tu ? » a une mélodie montante, alors que la phrase, « Quelle déception ! » a une mélodie descendante. L’accentuation est un autre élément qui intervient dans l’intonation. Comme nous l’avons vu précédemment, l’accentuation est portée sur une syllabe que l’on allonge ou prononce plus intensément pour la mettre en valeur. En ce qui concerne le débit (mots à la minutes), il faut savoir que plus l’articulation des mots est appliquée, plus les mots sont distincts et donc la communication efficace. Pour entraîner sa voix, je vous conseille de vous enregistrer fréquemment sur une lecture et de travailler le débit, l’intensité et la mélodie de votre voix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *