Tout savoir sur le son [i]

Son [i] fermé, écarté (voyelle fermée ou haute, antérieure ou aiguë, non arrondie)

On dit que la voyelle est fermée, car la langue se rapproche du palais.
On dit que la voyelle est antérieure, car la langue est très en avant.
On dit qu’elle est non arrondie, car il faut étirer les lèvres comme pour dire 1.

Les lèvres sont légèrement écartées et les coins de la bouche sont étirés comme pour faire un sourire. La langue très en avant se rapproche du palais.

On écrit « i », « î », « ï », « y », « e »*, « ee »*  => On prononce [i]

(* Les mots anglophones, comme design, kleenex ou week-end, font le son [i]…)

Certains mots se terminent par une lettre muette, « ie », « il »*, « is », « it », « iz » => On les prononce également avec le son [i]

Un abri [abri] – Une biche [biʃ] – du riz [ri] – Riche [riʃ] – un cri [kri] – rire [rir] – un sourire [surir] – un rythme [ritm] – un mystère [mistεr] – un mythe [mit] – une mite [mit] – un radis [radi] – Paris [pari] – un abri [abri] – une vitre [vitr] – une chipie [ʃipi] – c’est riquiqui ! [rikiki] – c’est risqué ! [riske] – c’est ridicule ! [ridikyl] – c’est rigolo ! [rigɔlo] – rigolote [rigɔlot] – du brocoli [brɔkɔli] – du céleri [sεlri]

  • Le tréma :
    Le i tréma « ï » se prononce également [i]. Dans certains mots, il a le même rôle que le « h », permettant de séparer la prononciation entre deux voyelles.

Être stoïque [stɔik] – un caïman [kaimɑ̃] – Être égoïste [egɔist] – l’ambiguï[lɑ̃bigɥite] – du maïs [mais]
La lettre « y » est parfois associée au son [i].
Exemples :
synonyme [sinɔnim], physique [fizik], psychologie [psikɔlɔʒi]  

Extrait de « Alpes et Pyrénées » de Victor Hugo, 1839

« Au loin sur les croupes âpres et vertes du Jura les lits jaunes des torrents desséchés dessinaient de toutes parts des Y.
Avez-vous remarqué combien l’Y est une lettre pittoresque qui a des significations sans nombre ? – L’arbre est un Y ; l’embranchement de deux routes est un Y ; le confluent de deux rivières est un Y ; une tête d’âne ou de bœuf est un Y ; un verre sur son pied est un Y ; un lys sur sa tige est un Y ; un suppliant qui lève les bras au ciel est un Y. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prononcer correctement le français grâce à la phonétique !