Quand la lettre d se prononce [t]

Avec la conjonction « Quand » [kɑ̃]

Avec les verbes se terminant en -dre

Avec l’adjectif « Grand » [grɑ̃] + mots d’origine étrangère

  1. Avec la conjonction « Quand » [kɑ̃] :

    [kɑ̃tɔ̃na] « Quand◡ona soixante-cinqannées de politesse derrière soi, est-on capable d’en faire fi ? « (Les Catilinaires, Amélie Nothomb)

    [kɑ̃tεl] « Juliette, qui étaitencore plus frêle que menue, avait le visage gai même quandelle ne souriait pas. » (Les Catilinaires, Amélie Nothomb)

    [kɑ̃tyn] « Quand◡une guerre éclate, les gens disent : Ça ne durera pas, c’est trop bête. » (La Peste, Albert Camus)

    [kɑ̃til] « L’amitié, ce n’est pas d’êtreavec sesamis quandilsont raison, c’est d’êtreaveceux même quandilsont tort. » (André Malraux)

    [kɑ̃tœ̃] « EnAfrique, quandun vieillard meurt, c’estune bibliothèque qui brûle. » (Amadou Hampâté Bâ, discours prononcé en 1960 à l’UNESCO)

    Lorsque « quand » joue le rôle d’un adverbe interrogatif avec inversion sujet verbe, alors la liaison est interdite.

    [kɑ̃ ε ty dispɔnibl] Quand#es-tu disponible ?

    [kɑ̃ a ty sese də krwar o pεr nɔεl] Quand#as-tu cessé de croire◡au Père Noël ?

    [kɑ̃ ale vu admεtr kə vu zave pεrdy le zelεktjɔ̃] Quand#allez-vous admettre que vousavez perdu lesélections, Monsieur ?

    Toutefois, si ce même adverbe est suivi de l’adverbe interrogatif « est-ce que », alors la liaison est obligatoire. La formulation « Quand◡est-ce que » [kɑ̃tεskə] appartient au langage courant, elle est donc moins formelle que la question posée avec inversion du sujet.

    [kɑ̃tεskɔ̃ par] Quand◡est-ce qu’onpart ?

    [kɑ̃tεskə lə trε̃ arivra a pari] Quandest-ce que le train arrivera à Paris ? 

    [kɑ̃tεskə səla prɑ̃dra fε̃] Quandest-ce que cela prendra fin ?

  2. Avec les verbes se terminant en -dre

    A la forme interrogative avec inversion du sujet, les verbes qui se terminent en -dre font une liaison en -t avec la voyelle qui suit.

    Attendre [atɑ̃dr] – Entendre [ɑ̃tɑ̃dr] – Prendre [prɑ̃dr] – Apprendre [aprɑ̃dr] – vendre [vɑ̃dr] – Mordre [mɔrdr] – Perdre [pεrdr] – Eteindre [etε̃dr], etc.

    [atɑ̃til dəpɥi lɔ̃tɑ̃] Attend-il depuis longtemps ?

    [ɑ̃tɑ̃tεl lə ʃɑ̃ de zwazo] Entend-elle le chant des◡oiseaux ?


    [prɑ̃tɔ̃ swε̃ də swa] Prend-on soin de soi ?


    [ nu zaprɑ̃til εgzaktəmɑ̃] Que nous apprend-il exactement ?

    [purkwa vɑ̃tɔ̃ tɑ̃ də vwatyr alɔr kilja plyzɑ̃ply dɑ̃butεjaʒ] Pourquoi vend-on tant de voitures, alors qu’ily a de plusen plus d’embouteillages ?

    [vɔtr ʃjε̃ purkwa mɔrtil] Votre chien, pourquoi mord-il ?

    [ɑ̃ notɔn purkwa pεrtɔ̃ se ʃ(ə)vø] Enautomne, pourquoi perd-on ses cheveux ?

    Lorsque des verbes en -dre, comme le verbe éteindre, possèdent déjà un -t final à la troisième personne du singulier (J’éteins, tu éteins, il/elle/on éteint), on garde le principe du pronom personnel inversé à l’aide du trait d’union.

    [purkwa netε̃tεl pa la lymjεr kɑ̃tεl sə kuʃ] Pourquoi n’éteint-elle pas la lumière quandelle se couche ?

    Pour beaucoup d’autres verbes, il convient d’ajouter un -t euphonique après un -a, un -e ou encore un -c afin que la prononciation soit plus facile et harmonieuse. La règle exige qu’on intercale un -t entre le verbe et le pronom, et qu’on relie l’ensemble par deux traits d’union.

    [kεlaʒatil] Quelâgea-t-il ?

    [pɑ̃stεl a se zami] Pense-t-elle à sesamis ?

    [ki kɔ̃vε̃til] Qui convainc-t-il ?

  3. Avec l’adjectif « Grand » [grɑ̃]

    [grɑ̃tεr] Prendre le grand◡air au bord de la mer.

    [grɑ̃tɔm] C’est un grand◡homme !

    [grɑ̃tɔ̃kl] C’est mon grand-oncle.

    [grɑ̃tarbr] Quel grand◡arbre.

  4. Avec certains mots d’origine étrangère

    – Steward [stiwart]
    Vodka [vɔtka]
    Windsurf [wintsœrf]

Quand pourra-t-on reprendre l’avion ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *