Les locutions verbales – verbe faire (partie 1)

Beaucoup de locutions sont construites à partir d’un verbe suivi d’un ou de plusieurs mots. Certaines locutions verbales sont construites selon le schéma : Verbe + article défini ou indéfini + nom, tandis que d’autres se composent simplement d’un verbe + nom (sans article).

Ex. Faire route / Faire la route

Coucher de soleil sur une rue de Paris…

L’absence ou la présence d’un article dans une locution verbale utilisant le même verbe et le même nom a quelquefois une incidence sur le sens.

Pour reprendre mon exemple, Faire route / Faire la route sont deux locutions qui ont des significations complètement différentes. La première signifie « se diriger vers une destination » alors que la seconde veut dire « partir à l’aventure, en voyageant à pied ou en auto-stop et avec peu d’argent » ou « accompagner quelqu’un » (faire la route avec quelqu’un).

J’ai répertorié une cinquantaine de locutions verbales avec faire, mais la liste n’est pas exhaustive. En espérant qu’elle vous aidera à mieux comprendre les nuances qui font la richesse de notre langue.

Les locutions verbales avec « faire »

  • Faire abstraction (de)  [fɛr‿ap.strak.sjɔ̃] / Faire l’abstraction (de) est également possible sans changement du sens : ignorer, ne pas tenir compte de quelque chose.
  • Faire acte de candidature [fɛr‿ak.tə də kɑ̃.di.da.tyr] (Plus rarement, faire un acte de candidature) : présenter sa candidature.
  • Faire acte de présence [fɛr‿ak.tə də pre.zɑ̃s] : être présent sans vraiment participer à une activité commune. (Faire un acte de présence n’est pas vraiment reconnu, il vaut mieux rester sur la formulation d’origine).
  • Faire allusion (à) [fɛr‿a.ly.zjɔ̃] / Faire une allusion (à) est également possible sans changement du sens : mentionner quelque chose sans le nommer explicitement dans un écrit ou dans un discours. Sous-entendre quelque chose.
  • Faire amende honorable [fɛr‿a.mɑ̃.d‿ɔ.nɔ.rabl] (toujours sans article) : s’excuser, demander pardon.
  • Faire ami-ami (familier) [fɛr‿a.mi ami] (toujours sans article) : Se lier d’amitié, être de connivence.
  • Faire appel [fɛ.r‿a.pɛl] possède plusieurs sens : en droit, signifie refuser un jugement prononcé et demander un nouveau procès ; plus généralement, utiliser les services de quelqu’un ou de quelque chose. Cette locution verbale n’a rien en commun avec cette autre location verbale : Faire l’appel qui consiste à lire à haute voix une liste de noms.
  • Faire attention (à) [fɛ.r‿a.tɑ̃.sjɔ̃] (toujours sans article) : prendre garde, agir avec prudence.
  • Faire bonne chère [fɛ.r‿bɔn ʃεr] (toujours sans article) : manger avec grand appétit.
  • Faire bonne figure [fɛ.r‿bɔn ʃigyr] (toujours sans article) : se montrer à son avantage, faire bonne impression.
  • Faire chou blanc [fɛʁ ʃu blɑ̃] (toujours sans article) : échouer.
  • Faire confiance (à) [fɛr kɔ̃.fjɑ̃s] (toujours sans article) : Se fier, croire quelqu’un ou quelque chose.
  • Faire connaissance (de)[fɛr kɔ.nɛ.sɑ̃s] / « Faire la connaissance de » est une variante. Les deux signifient : entrer en relation avec quelqu’un.
  • Faire corps [fɛr kɔr] (toujours sans article) : s’unir pour ne faire qu’une seule chose.
  • Faire date [fɛr dat] (toujours sans article) : marquer un changement très important.
  • Faire demi-tour [fɛr də.mi.tur] a plusieurs sens. Le premier, repartir dans le sens opposé ; le second au sens figuré, changer d’avis. Faire un demi-tour est une variante, mais ne s’emploie qu’au sens propre du rebroussement de chemin.
  • Faire diligence (vocabulaire soutenu) [fɛr di.li.ʒɑ̃s] : agir rapidement et efficacement. On peut rencontrer aussi l’expression « faire une diligence » sans que ça ne change le sens.
  • Faire droit [fɛr drwa] (toujours sans article) : donner suite avec bienveillance.
  • Faire écho [fɛr‿eko] : accueillir favorablement qq chose et le répéter. Locution variante « Se faire l’écho de » qui signifie la même chose.
  • Faire effet [fɛr‿efɛ] ou faire un effet … dans le sens « produire un résultat. Variantes : faire beaucoup/peu d’effet.
  • Faire état [fɛr‿eta] : manifester un intérêt pour quelque chose. A ne pas confondre avec « faire un état des lieux » qui signifie dresser un inventaire.
  • Faire exprès [fɛ.r‿ɛks.prɛ] (toujours sans article) : faire de manière intentionnée.
  • Faire face [fɛr fas] (toujours sans article) a au moins trois sens : être en vis-a-vis ; s’opposer à quelque chose ; affronter et assumer ses responsabilités.
  • Faire faux bond [fɛr fo bɔ̃] (toujours sans article) : manquer à un engagement auprès de quelqu’un.
  • Faire feu [fɛr fø] : tirer avec une arme. A ne pas confondre avec « faire un feu » qui signifie « allumer un feu ».
  • Faire fi [fɛr fi] (de) (toujours sans article) : mépriser, ne pas tenir compte.
  • Faire foi [fɛr fwa] (toujours sans article) : servir de preuve ; attester en tant qu’élément de référence.
  • Faire fureur [fɛr fy.rœr] (toujours sans article) : être en vogue, à la mode, attiser la curiosité du grand public.
  • Faire grass mat [fɛr gras mat] / deux variantes possibles : faire la grasse matinée et faire une grasse matinée. Prolonger son cycle de sommeil, paresser au lit.
  • Faire grief [fɛr ɡri.jɛf] : contester quelque chose (droit) ou en vouloir à quelqu’un pour quelque chose qui a ou n’a pas été fait. Locution variante « Faire un grief » signifie contester quelque chose par plainte contre une personne.
  • Faire grise mine [fɛr ɡriz min] : ne s’utilise qu’au sens figuré ; avoir une attitude négative, triste, froide ou contrariée.
  • Faire halte fɛr ‘alt] / faire une halte : s’arrêter quelque part.
  • Faire honneur [fɛr ɔ.nœʁ] (à): garantir la bonne réputation de quelqu’un ou de quelque chose auxquels on est lié. La variante « faire l’honneur (de) » est synonyme de « montrer du respect » ou « faire honneur à quelqu’un ».
  • Faire irruption [fɛ.r‿i.ryp.sjɔ̃] / Faire une irruption : entrer, arriver quelque part sans prévenir et de façon brusque.
  • Faire main basse (sur) [fɛr mε̃ bas] / faire la/une main basse sur : s’emparer de quelque chose. Critiquer.
  • Faire montre [fɛr mɔ̃.trə də] (toujours sans article) : faire preuve, afficher, étaler (expression soutenus).
  • Faire mouche [fɛr muʃ] (toujours sans article) : toucher en plein cœur/centre d’une cible. Atteindre son objectif.
  • Faire naufrage [fɛr nofraʒ] (généralement sans article) : couler à pic ; échouer (sens figuré).
  • Faire obstacle (à) [fɛr ɔp.stakl] (généralement sans article) : s’opposer à quelqu’un ou quelque chose.
  • Faire obstruction [fɛ.r‿ɔp.stryk.sjɔ̃] (généralement sans article) : s’opposer par des manœuvres à la réalisation d’un projet.  
  • Faire office de [fɛ.r‿ɔfis də] (généralement sans article) remplacer, jouer un rôle.
  • Faire opposition [fɛ.r‿ɔ.po.zi.sjɔ̃] / faire l’opposition : déclarer la perte d’une carte bancaire ou d’un chéquier et s’opposer à leur usage (banque) ; s’opposer à quelque chose / faire une opposition
  • Faire part [fɛr par] (toujours sans article) : communiquer une information ; faire participer quelqu’un à quelque chose.
  • Faire partie [fɛr parti] (toujours sans article) : appartenir.
  • Faire peur [fɛr pœr] / « faire une peur bleue » est une variante : effrayer.
  • Faire preuve [fɛr pœv] (toujours sans article) : démontrer quelque chose, se faire reconnaître pour un talent.
  • Faire rage [fɛr raʒ] (toujours sans article) : se déchainer avec violence.
  • Faire route [fɛr rut] : se diriger vers une destination. La variante « Faire la route » exprime l’idée de partir à l’aventure, en voyageant à pied ou en auto-stop » ou « accompagner quelqu’un » (faire la route avec quelqu’un). Une autre variante existe : « Faire de la route » et signifie « faire des kilomètres ».
  • Faire sien [fɛr sjε̃] (toujours sans article) : s’approprier quelque chose.
  • Faire table rase [fɛr tablə raz] (toujours sans article) : repartir sur de nouvelles bases en ne tenant pas compte de ce qui a déjà été entrepris.
  • Faire trempette [fɛr trɑ̃pεt] (toujours sans article) : se baigner.
  • Faire usage [fɛr tablə raz] / faire bon/mauvais usage : utiliser quelque chose de la meilleure ou de la pire façon qui soit.
  • Faire volte-face [fɛr vɔltə fas] : pivoter, se retourner pour faire face.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *