Que [kə] / que de [kə.də]

Pour exprimer une comparaison entre deux actions, on emploie la conjonction « que » [KƏ] (ou qu’ devant une voyelle ou un h muet). Les formulations sont introduites par des verbes d’appréciation, comme préférer, valoir mieux… suivi de « que » ou de « plutôt que ».

Exemples :

– Il vaut mieux apprendre tard que rester dans l’ignorance.
Mieux vaut marcher sans savoir où aller que rester assis sans rien faire.
– Je préfère aller au bureau plutôt que rester chez moi.
– Cet agriculteur a préféré donner ses tomates plutôt que les jeter.
– Je préfère qu’elle se dépense au judo plutôt que la voir tourner en rond dans mon salon et s’ennuyer.

Lorsque « que » est suivi d’un verbe à l’infinitif, il est possible d’insérer la préposition « de » entre « que » et le verbe à l’infinitif. C’est facultatif mais beaucoup de Français l’utilisent, ne soyez pas étonné de l’entendre souvent.

Exemples :

– Je préfère marcher dans la nature plutôt que de courir sur un tapis en salle (de sport).
– Il vaut mieux sortir plutôt que de rester ici à se tourner les pouces.
– Mon enfant préfère aller nager que d’aller à l’école.

Il y a beaucoup d’occasions où il vaut mieux se taire que de parler.
Jaimerais mieux mourir que de faire une si mauvaise action.

Attention, toutefois, de ne pas oublier la conjonction « que », car cela pourrait changer complètement le sens de la phrase !

Exemple :

– Affronter une situation délicate, c’est mieux que de fuir. Affronter une situation délicate, c’est mieux de fuir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *