Le ə muet ou schwa

Boulangerie, médecin, événement…

Le -e [ə] peut disparaître à la condition qu’il ne crée pas un groupe de consonnes complexe difficilement prononçable.

Si nous prenons comme exemple le verbe revenir, on se rend compte que la disparition du -e [ə] situé entre le -v et le -n facilite la pronon-ciation du mot : [rəvnir].

Cette règle est valable pour tous les mots de la langue française. On peut donc avancer l’idée qu’un -e [ə] situé entre 1 consonne et 1 autre consonne : C[ə]C disparait à l’oral.

Boulangerie [bulɑ̃ʒri] ; médecin [medsε̃] ; événement [evεnmɑ̃] ; seulement [sɶlmɑ̃]

Pour les autres cas de figure, la disparition du -e [ə] peut s’avérer impossible à moins de créer un groupe consonantique imprononçable. En règle générale, le -e [ə] ne disparaît pas lorsqu’il est précédé de 2 consonnes et suivi de 1 consonne : CC[ə]C ne peut pas disparaître à l’oral.

Appartement [apartəmɑ̃] ; gouvernement [guvεrnəmɑ̃] ; brusquement [bryskəmɑ̃] ; partenaire [partənεr]

On note également que le [ə] ne peut pas disparaître dans le pronom « le » lorsque sa position est à la fin d’un groupe (par exemple à l’impératif) ou qu’il précède un mot commençant par un -h aspiré.

Ex. Le hibou. Pose-le ici.

D’autre part, on évite de créer des confusions dans quelques cas : Dehors qui deviendrait Dors ou D’or. Pelage qui deviendrait Plage.

Veillez à respecter cette règle quand le -e [ə] à la fin d’un mot est précédé de 2 consonnes et suivi de 1 consonne. Ex. Le risque zéro n’existe pas. [lə.risk[ə]zero.nεgzist[ə].pa]
En voici d’autres exemples :

Le merle moqueur CC[ə]C
Un meurtre sordide CC[ə]C
Un arbre feuillu. CC[ə]C
Un large progrès CC[ə]C
La verte prairie CC[ə]C
Vivre dans la joie CC[ə]C
Un ocre rouge CC[ə]C
L’aigle des montagnes CC[ə]C
Un coffre-fort CC[ə]C
Quatre points CC[ə]C
Un cadre supérieur CC[ə]C
Un orque blanc et noir CC[ə]C
Quelque chose CC[ə]C
Une marche blanche CC[ə]C
Un charme fou CC[ə]C
Le cercle des poètes disparus CC[ə]C
Un texte poétique CC[ə]C
Les Alpes de Haute-Provence CC[ə]C
Le Golfe du Morbihan CC[ə]C
Un axe majeur CC[ə]C
Au rythme du djembé CC[ə]C
Le Ministre de la Santé CC[ə]C
L’ordre des choses CC[ə]C
Les muscles du dos CC[ə]C


Pour éviter que trois consonnes se suivent et ne créent un groupe inprononçable, on crée un -e [ə] à l’oral :

Un ours brun [œ̃nurs[ə]brœ̃]
Des mœurs spéciales [demɶrs[ə]spesjal] (si l’on prononce le « s » de mœurs, les deux étant possibles.)

Il me manque des exemples pour ce dernier type de cas, merci de m'aider à enrichir ce billet si vous en trouvez d'autres... :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *