Enchaînements et liaisons (Partie 1)

Enchaînements et liaisons avec un groupe de consonnes -r + consonne :

Nord-Est, Nord-Ouest…

-RD
– Nord-Est [nɔrεst] / Nord-Ouest [nɔrwεst]
– Nord-Africain [nɔrafrikε̃]
– Nord-Américain [nɔramerikε̃]
– Un lourd◡animal [œ̃luranimal]
– Sourd◡et muet [suremɥε]
– Un motard heureux [œ̃mɔtarɶrø]
– Un regard étonné [œ̃rəgaretɔne]

Mais on dira :
– Une lourde◡amende [ynlurdamɑ̃d]
– Sourde◡et muette [surdemɥεt]

Vers elle, cours avec lui…


-RS
– Vers◡elle [vεrεl]
– Cours◡avec lui. [kuravεklɥi]
– Pars◡avec elle. [paravεkεl]
– A travers◡une fenêtre [atravεrynfənεtr]
Toujoursest-il que… [tuʒurεtilkə]
– Il◡est toujours◡à se plaindre. [ilεtuʒurasəplε̃dr]
– Je suis toujours◡en retard. [ʒəsɥituʒurɑ̃rətar]
– Nous trouverons toujours◡un moyen. [tuʒurœ̃mwajε̃]
– Il fait toujours◡aussi froid ! [tuʒurosifrwa]
– Je peux toujours◡en◡avoir besoin. [tuʒurɑ̃navwarbəzwε̃]
– Tu peux toujours◡essayer. [tuʒureseje]
– Ils n’ont pas◡été toujours◡aussi gentils. [tuʒurosiʒɑ̃ti]
Enverset contre tous ! [ɑ̃vεrekɔ̃trətus]
– Envers◡eux / elles [ɑ̃vεrø/εl]
– Cinq◡heures◡et demie [sε̃kœredmi]

Mais on dira :
– Le TiersEtat [tjεrzeta]

Vert amande, vert anis…

-RT
– Vert◡amande [vεramɑ̃d] / Vert◡anis [vεrani]
À partentière [aparɑ̃tjεr]
– Prendre part◡à quelque chose [parakεlkəʃoz]   
De parten part [dəparɑ̃par]
– Un court◡instant [œ̃kurε̃stɑ̃]
– Un départ◡annoncé [deparanɔ̃se]
– Ouvert◡ou fermé ? [uvεrufεrme] 
– On part◡avec◡eux. [ɔ̃paravεkø]
– Mort◡en direct [mɔrɑ̃dirεkt]
– Elle sort◡avec ses◡amis. [εlsɔravεksezami]
– Donner tort◡à quelqu’un. [tɔrakεlkœ̃]
À tortou à raison [tɔruarεzɔ̃]
À tortet à travers [tɔreatravεr]

Mais on dira :
– Une courte◡expérience [ynkurtεksperjɑ̃] / une courte◡attente
[ynkurtatɑ̃t]
– Sort-elle souvent ? [sɔrtεl]
– Part-il tôt le matin ? [partil]
– Court-on vite ou lentement ? [kurtɔ̃]
– Un arc-en-ciel [arkɑ̃sjεl]
– Un porc-épic [pɔrkepik] (pluriel porcs-épics)
De partet d’autre [dəpartedotr]   

Le ə muet ou schwa

Boulangerie, médecin, événement…

Le -e [ə] peut disparaître à la condition qu’il ne crée pas un groupe de consonnes complexe difficilement prononçable.

Si nous prenons comme exemple le verbe revenir, on se rend compte que la disparition du -e [ə] situé entre le -v et le -n facilite la pronon-ciation du mot : [rəvnir].

Cette règle est valable pour tous les mots de la langue française. On peut donc avancer l’idée qu’un -e [ə] situé entre 1 consonne et 1 autre consonne : C[ə]C disparait à l’oral.

Boulangerie [bulɑ̃ʒri] ; médecin [medsε̃] ; événement [evεnmɑ̃] ; seulement [sɶlmɑ̃]

Pour les autres cas de figure, la disparition du -e [ə] peut s’avérer impossible à moins de créer un groupe consonantique imprononçable. En règle générale, le -e [ə] ne disparaît pas lorsqu’il est précédé de 2 consonnes et suivi de 1 consonne : CC[ə]C ne peut pas disparaître à l’oral.

Appartement [apartəmɑ̃] ; gouvernement [guvεrnəmɑ̃] ; brusquement [bryskəmɑ̃] ; partenaire [partənεr]

On note également que le [ə] ne peut pas disparaître dans le pronom « le » lorsque sa position est à la fin d’un groupe (par exemple à l’impératif) ou qu’il précède un mot commençant par un -h aspiré.

Ex. Le hibou. Pose-le ici.

D’autre part, on évite de créer des confusions dans quelques cas : Dehors qui deviendrait Dors ou D’or. Pelage qui deviendrait Plage.

Veillez à respecter cette règle quand le -e [ə] à la fin d’un mot est précédé de 2 consonnes et suivi de 1 consonne. Ex. Le risque zéro n’existe pas. [lə.risk[ə]zero.nεgzist[ə].pa]
En voici d’autres exemples :

Le merle moqueur CC[ə]C
Un meurtre sordide CC[ə]C
Un arbre feuillu. CC[ə]C
Un large progrès CC[ə]C
La verte prairie CC[ə]C
Vivre dans la joie CC[ə]C
Un ocre rouge CC[ə]C
L’aigle des montagnes CC[ə]C
Un coffre-fort CC[ə]C
Quatre points CC[ə]C
Un cadre supérieur CC[ə]C
Un orque blanc et noir CC[ə]C
Quelque chose CC[ə]C
Une marche blanche CC[ə]C
Un charme fou CC[ə]C
Le cercle des poètes disparus CC[ə]C
Un texte poétique CC[ə]C
Les Alpes de Haute-Provence CC[ə]C
Le Golfe du Morbihan CC[ə]C
Un axe majeur CC[ə]C
Au rythme du djembé CC[ə]C
Le Ministre de la Santé CC[ə]C
L’ordre des choses CC[ə]C
Les muscles du dos CC[ə]C


Pour éviter que trois consonnes se suivent et ne créent un groupe inprononçable, on crée un -e [ə] à l’oral :

Un ours brun [œ̃nurs[ə]brœ̃]
Des mœurs spéciales [demɶrs[ə]spesjal] (si l’on prononce le « s » de mœurs, les deux étant possibles.)

Il me manque des exemples pour ce dernier type de cas, merci de m'aider à enrichir ce billet si vous en trouvez d'autres... :)

Liaisons avec les voyelles nasales


Les liaisons avec « il y a » / « il y en a » …

Il y a, il y a eu…

Il◡y◡a  / Il◡y◡a eu / Il◡y en◡a / Il◡y en◡a un / Il◡y en◡a eu un
Qu’y◡a-t-il ?
Il◡y◡a quelqu’un ? Y a-t-il quelqu’un ?

Les liaisons avec en-an / un / on

En en vendant un et en en achetant un…

En◡en◡vendant un et en◡en◡achetant un, on◡est contents ! En◡un◡an / En◡un◡an, on◡en◡a eu.
En◡un◡an, on◡en◡a eu un.
Un◡instant / En◡un◡instant / En◡un court◡instant
De la chance, on◡en◡a, on n’en◡a pas. Pourquoi en◡a-t-on ?On◡en◡a parlé lundi. On n’en◡a jamais parlé.
En◡a-t-on parlé lundi ? N’en◡a-t-on jamais parlé ?
On◡en◡a un. On◡en◡a encore◡un◡autre.
En◡a-t-on un ? En◡a-t-on encore un◡autre ?

On en apprend tous les jours…


On◡en◡apprend tous les jours. En◡apprend-on tous les jours ?
On◡en◡a mis un de côté. En◡a-t-on mis un de côté ?
On◡n’en◡entend jamais parler. N’en◡entend-on jamais parler ?
On◡en◡entend de temps◡en temps. En◡entend-on de temps en temps ?
Sitôt qu’on◡en◡ôte un, on marche plein d’entrain.
En◡en◡ôtant un, on marche plein d’entrain.