La lecture à haute voix vue par Daniel Pennac

« Étrange disparition que celle de la lecture à voix haute. Qu’est-ce que Dostoïevski aurait pensé de ça ? Et Flaubert ? Plus le droit de se mettre les mots en bouche avant de se les fourrer dans la tête ? Plus d’oreille ? Plus de musique ? Plus de salive ? Plus de goût, les mots ? Et puis quoi, encore ! […] Est-ce qu’il [Flaubert] n’est pas définitivement mieux placé que quiconque pour savoir que l’intelligence du texte passe par le son des mots d’où fuse tout leur sens ? Est-ce qu’il ne sait pas comme personne, lui qui a tant bagarré contre la musique intempestive des syllabes, la tyrannie des cadences, que le sens, ça se prononce ? Quoi ? des textes muets pour de purs esprits ? À moi, Rabelais ! À moi, Flaubert ! Dosto ! Kafka ! Dickens, à moi ! Gigantesques brailleurs de sens, ici tout de suite ! Venez souffler dans nos livres ! Nos mots ont besoin de corps ! Nos livres ont besoin de vie !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-3.png.
Daniel Pennac


Il est vrai que c’est confortable, le silence du texte… on n’y risque pas la mort de Dickens, emporté après une de ses harassantes lectures publiques… le texte et soi… tous ces mots muselés dans la douillette cuisine de notre intelligence… comme on se sent quelqu’un en ce silencieux tricotage de nos commentaires ! … et puis, à juger le livre à part soi on ne court pas le risque d’être jugé par lui… c’est que, dès que la voix s’en mêle, le livre en dit long sur son lecteur… le livre dit tout.

L’homme qui lit de vive voix s’expose absolument. S’il ne sait pas ce qu’il lit, il est ignorant dans ses mots, c’est une misère, et cela s’entend. S’il refuse d’habiter sa lecture, les mots restent lettres mortes, et cela se sent. S’il gorge le texte de sa présence, l’auteur se rétracte, c’est un numéro de cirque, et cela se voit. L’homme qui lit de vive voix s’expose absolument aux yeux qui l’écoutent.

S’il lit vraiment, s’il y met son savoir en maîtrisant son plaisir, si sa lecture est acte de sympathie pour l’auditoire comme pour le texte et son auteur, s’il parvient à faire entendre la nécessité d’écrire en réveillant nos plus obscurs besoins de comprendre, alors les livres s’ouvrent grand, et la foule de ceux qui se croyaient exclus de la lecture s’y engouffre derrière lui. »

Daniel Pennac, Comme un roman (1992),
Gallimard, collection « Folio », no 2724, p. 195-196

Les expressions du monde professionnel

J’ai la tête sous l’eau (ou overbooké) : « Je te réponds asap mais là je suis vraiment sous l’eau. »

J’ai zéro visibilité. (Je ne sais pas où je vais, je ne peux pas avancer avec ce projet.)

Je te prends au mot. (Accepter une offre ou une proposition de quelqu’un qui ne pensait pas être pris au sérieux.)

J’ai les crocs. (J’ai très faim.)

C’est dans mes cordes. (J’ai les compétences pour le faire)

J’arrondis les angles. (Faire en sorte de calmer un sujet qui fâche.)

Ça porte ses fruits. (Avoir des effets positifs.)

Je te renvoie l’ascenseur. (Répondre à un bienfait par un bienfait, mais aussi à une méchanceté par une méchanceté.)

Je rebondis sur ce que tu as dit. (Je saute sur/profite de l’occasion…)

J’ai vu passer ton mail. (J’ai lu ton email.)

Je te donne mon GO. (Je te donne le feu vert.)

Grosso merdo (En gros)

Bon bah y a plus qu’à ! (Au travail !)

Je suis charrette. (Je suis en retard.)

Je prends la tête des opé.

J’attends ton feedback. (J’attends ton retour, avis…)

Incessamment sous peu. (A très vite !)

On se fait un call. (On s’appelle.)

On nous met la pression.

Je te mets dans la boucle. (Je te mets en copie pour que tu sois informé.)

Ça va comme un lundi. (Je suis fatigué et pas prêt à attaquer la semaine.)

Tu me fais un feed-back. (Un résumé de la situation)

Checker ses emails. (Vérifier ses emails.)

Briefer quelqu’un. (Communiquer des instructions à quelqu’un.)

Je suis payé au lance-pierre. (Je suis sous-payé)

Assimilation du son


Lorsqu’on parle vite, et dans un temps très court, on a tendance à modifier certains sons sans vraiment s’en rendre compte. C’est un phénomène courant en français mais aussi dans beaucoup d’autres langues. Le français est une succession de mots phoniques à l’intérieur desquels on assimile des sons.

En prononçant rapidement, les phonèmes influent sur d’autres phonèmes. Lorsque deux consonnes sont en contact direct à la jonction de deux syllabes, elles interagissent l’une sur l’autre.

Par exemple, dans le mot « obsession », sous l’influence de la consonne sourde s, la consonne sonore b va se transformer en p consonne sourde. Obsession [ɔbsesjɔ̃] se prononcera [ɔpsesjɔ̃].

Rappel : Une consonne sonore ou voisée, est une consonne articulée avec vibration des cordes vocales, contrairement à une consonne sourde ou non voisée, articulée sans vibrations.
Les consonnes sourdes s’opposent à leur contrepartie sonore : p/b – t/d –
f/v – s/z – k/g.

Au sein d’un même mot, la consonne en position finale agit sur la consonne en position initiale. En d’autres termes, si une consonne sourde suit une consonne sonore, cette dernière se transformera en consonne sourde. (On parle alors d’assourdissement.)

Observer [ɔbsεrve ] => [ɔpsεrve].
Absence [absɑ̃s] => [apsɑ̃s].
Abstrait [abstrε] => [apstrε].
Obtenir [ɔbtənir] => [ɔptənir].
Subtil [sybtil] => [syptil].
decine [medsin] => [metsin]

Prenons d’autres exemples où sous l’influence d’une consonne sonore, une consonne sourde se transforme en consonne sonore. (On parlera dans ce cas précis de sonorisation.)

Chef de vente [ʃεfdəvɑ̃t] => [ʃεvdəvɑ̃t]
Anecdote [anɛkdɔt] => [anɛɡdɔt]
Docteur [dɔktɶr] => [dɔgtɶr]
Paquebot [pakbo] => [pagbo]

En résumé, on parle d’assimilation du son, lorsque qu’une consonne sonore « sonorise » la consonne sourde qui la précède ou quand une consonne sourde « assourdit » une consonne sonore.