Archives de catégorie : Culture

Les grandes, moyennes et petites erreurs de langage…

Les erreurs phonétiques

  1. « Comme même » à la place de « Quand même ».
  2. « Les vacances du mois d’août » : août prononcé « a-out » [a-ut] au lieu de [ut].
  3. « Un peu près » au lieu de « à peu près »
  4. « Manman » à la place de « Maman »
  5. « On ne sait où » prononcé « On-ne-sait-zou » (liaison fautive) au lieu de « On ne sait où » sans liaison.
  6. « En revoir » à la place de « Au revoir »
  7. « Deux euros » ou « huit euros » avec oubli de la liaison…
  8. « La gente féminine » au lieu de « La gent féminine ». Attention « gent » se prononce [ʒɑ̃] (on n’entend pas le « t »).


Les erreurs grammaticales et de syntaxe

  1. « Je l’apprends à faire du vélo » : erreur de grammaire à corriger. Dites plutôt « Je lui apprends à faire du vélo… ».
  2. « Pas tout le monde a la chance de faire des études » à la place de « Tout le monde n’a pas la chance de faire des études ».
  3. « Vous disez » : erreur à remplacer par « vous dites ». Idem pour « vous faisez » au lieu de « vous faites ».
  4. « On fait quoi ? » à remplacer par « Que fait-on ? »
  5. « Je ne comprends pas qu’est-ce que vous dites » au lieu de « Je ne comprends pas ce que vous dites »
  6. « Je sais pas c’est quoi » à remplacer par « je ne sais pas ce que c’est ».
  7. « C’est qui qui a fait ça ?» … « C’est qui qui dit ça ? » suivis de « Ben je te l’ai déjà dit, je sais pas c’est qui ». Ces expressions sont à remplacer de toute urgence par « Qui a fait ça ? » « Qui a dit ça ? » « Je ne sais pas qui c’est ».
  8. « C’est le chat à Colette » au lieu de « C’est le chat de Colette ». « C’est le fils à mon frère » au lieu de « C’est le fils de mon frère »
  9. « Je vais au boulanger » au lieu de « Je vais chez le boulanger » ou « je vais à la boulangerie ».
  10. « Je me suis faite avoir » ; « Je me suis permise de… » au lieu de « Je me suis fait avoir » ou « Je me suis permis de … » (au féminin comme au masculin)
  11. « Cette personne a l’air sérieuse » au lieu de « Cette personne a l’air sérieux » ou « Cette personne semble sérieuse ».
  12. « Il faut que je vais… » à la place de « Il faut que j’aille ».


Les erreurs lexicales

  1. Une personne qui a 40 ans n’est pas « quarantenaire » mais bien « quadragénaire ». Idem pour une personne de 50 ans, ce n’est pas une « cinquantenaire » mais bien une « quinquagénaire ». A noter que ces deux mots – quarantenaire et quinquagénaire – existent pour désigner l’anniversaire d’un événement.
  2. « Fais montrer » : erreur due à une fusion possible entre « Montre » et « Fais voir ».
  3. « C’est compréhensif ! » au lieu de « C’est compréhensible ! »
  4. « Je suis venu pour le supporter » au lieu de « Je suis venu le soutenir ou l’encourager ».
  5. « C’est une personne énergétique » à la place de « énergique ».


Les expressions à éviter…

  1. Il existe aussi des expressions qui ne sont pas de très bon goût, comme : « Jeter le bébé avec l’eau du bain » pour exprimer qu’on se débarrasse de quelque chose d’important pour éliminer les ennuis et les contraintes qui y sont liés.
  2. « J’habite sur Paris » au lieu de « J’habite à Paris ».
  3. « Du coup » peut être remplacé par « Par conséquent »
  4. « Par contre » par « En revanche ».

Le son [z] dans les liaisons

Extrait de « DES HEURES ENTIÈRES AVANT L’EXIL » (2004) – Frédéric Sonntag

Merci, merci beaucoup, merci, je … je suis très touchée, pffouh !

Merci, merci beaucoup, merci, je… je suis très touchée, pffouh ! c’est… je ne sais pas quoi dire, je n’ai rien préparé, je ne m’y attendais pas du tout… je suis trèsémue, excusez-moi, c’est… c’est trèsimpressionnant de se retrouver ici, d’être là devant vous, c’est beaucoup plusimpressionnant que ce que j’imaginais, c’est… excusez-moi, je, je suis vraiment trèsémue, c’est… pffouh ! ça fait beaucoup d’un seul coup… je ne sais plus ce que je dois dire, je… donc, je, pffouh !… voilà, je reprends mesesprits, je… je voulais tout d’abord vous remercier, vous tous, pour ce très grand bonheur et ce très grandhonneur que vous me faites, je suis vraiment très touchée, vraiment… je tenais également à remercier tous ceux avec lesquels je souhaite partager cette distinction, c’est-à-dire toute l’équipe du film, tous mes partenaires de jeu maisaussi toute l’équipe technique, vraiment merci à vous tous de votre soutien, de votre gentillesse et de votreamour, merci pour tout, merci, je vousaime tous, vraiment, je vousadore… Je voudrais aussi remercier, heu… je voudrais remercier ma bonneétoile et monange gardien — je me suis si souvent demandé ce qu’ils foutaient ces deux-là, que je voudrais me faire pardonner auprès d’eux, pardon les gars, désolée d’avoir douté de vous. Je voudrais également remercier, heu… je ne sais pas, heu… j’ai envie de, de remercier tout le monde, de, de remercier la terreentière, de… j’ai envie de remercier, de remercier le monde, l’amour… et Dieu… et… et le cinéma, de, de remercier la vie, parce que, je crois, le cinéma, c’est la vie et la vie, c’est… c’est le cinéma… voilà, je, je voudrais remercier la vie, et, heu… et le rêveaussi, parce que, je crois, sans le rêve, on n’est rien, je veux dire, sans le rêve, y a pas de vie, heu… Et, pour finir, je voudrais remercier ceux-là — mesamis, mes parents, mes frères — sans lesquels je ne serais pas là ; je voudrais remercier en particulier monamoureux, sans lequel rien ne serait possible, sans lequel rien ne serait probable.

Longtemps cette◡habitude (c’était un pli — était-il mauvais était-il bon —, c’était un pli que j’avais pris), longtemps cette◡habitude prise d’imaginer, lors de certains trajets — certaines◡errances, flâneries, échappées dans la ville —, cette◡habitude prise d’imaginer le discours que je ferais si je recevais le prix de la meilleure◡actrice lors d’une cérémonie de récompenses des métiers du cinéma, d’imaginer ma réaction si l’on me remettait l’oscar de la meilleure◡actrice par◡exemple, le discours de remerciement que je ferais. Une◡habitude prise, allez savoir pourquoi, un réflexe idiot impossible à réprimer. Chaque fois qu’il m’arrivait, marchant dans la rue, de penser à ce genre de cérémonie, je ne pouvais m’empêcher d’imaginer un nouveau discours de remerciement, en fonction de mon◡humeur du moment. Il fallait me voir, alors, m’emporter sur les◡avenues, sur les boulevards, en plein cœur de la métropole, me laisser emporter par mon flot de parole (intarissable source), il fallait me voir faire◡abstraction de l’espace et du temps — abstraction bientôt qui gagnait mon corps —, faire le jeu de mon discours et me laisser dépasser par l’ivresse et le trac ; et le décor autour déjà s’évanouissait (toujours je m’emportais, toujours j’en◡oubliais la rue, ces feux multicolores, ces panneaux d’interdictions notoires, ces signalisations tristes, ces fantômes et ces créatures ; j’en◡oubliais jusqu’aux raisons mêmes de mon déplacement, jusqu’à ma destination, j’en◡oubliais jusqu’à mon destin — qui n’était en rien celui d’une star de cinéma, et qui en prenait de moins◡en moins la direction, j’oubliais tout ; au plein cœur de la métropole, j’étais ailleurs), j’étais seule devant un parterre de stars hollywoodiennes et je remerciais le monde de m’avoir fait◡ainsi, de m’avoir◡élevée jusqu’à ce rang d’étoile ; moi, je faisais mon discours et plus rien ne comptait ; je remerciais le monde, il fallait bien, une récompense pareille, cet◡honneur qu’on me faisait, la reine que je devenais, on me célébrait ! Il fallait me voir. Je pleurais presque. Parfois je pleurais. De joie et de douleur et de joie. Je pleurais sur le trottoir argenté d’une métropole du monde occidental. Et dans◡un dernier sanglot, dans◡un dernier soupir, je remerciais Dieu, mes◡amours, et le monde ; je remerciais la métropole infinie, et je prenais la fuite◡en courant.

Le blanc dindon de Ionesco

Apprenez à prononcer correctement le français avec des exercices de phonétique !

Le blanc dindon de Ionesco

Jean : Dans la basse-cour, depuis dimanche, le blanc dindon dont ta tante et toi vous me fîtes don, lundi dernier, fait la cour à la dinde blanche de mon cousin fils d’oncle Aron.

Gaston : Ce n’était pourtant pas un lundi, mais bien un vendredi que moi, Gaston, ton cousin, je te fis don d’un blanc dindon dont tu m’apprends qu’il fait la cour, dans la basse-cour, à la blanche dinde dont te fit don l’autre cousin, fils d’oncle Aron, mari de la tante Angèle que tant tu aimes.

Jean : Gaston !

Gaston : Hein ?

Jean : Gaston, entends-tu, ne trouves-tu pas que cette conversation pour apprendre à prononcer le son « on », le son « an », le son « in », à l’air con ?

Gaston : Jean, tu as raison. Abstenons-nous en donc. Quand nous reverrons-nous ?

Jean : un de ces lundis !

Conte de noël – La chèvre de Monsieur Seguin

Lorsque « Les Lettres de mon Moulin » paraissent en 1866, Alphonse Daudet reçoit un très beau compliment de Frédéric Mistral (poète provençal) : « Vous avez su écrire le provençal en Français… ! »

En 1954, Fernandel – le plus provençal des acteurs français – enregistre ces lettres. Sa voix tendre, profonde et juste, est parfaite pour la lecture de ces contes.

L’extrait proposé « La chèvre de Monsieur Seguin » est un classique qui a traversé l’enfance de beaucoup de Français. Le conte faussement naïf reprend des thèmes chers à l’auteur : la liberté, l’amour de son prochain, la cupidité punie et l’honneur…

J’aime réécouter cette belle histoire tendre et plein d’humanité… Fermez les yeux et laissez-vous guider par cette belle voix qui chante la Provence… un peu de soleil en ce novembre gris et froid.

Attention cette histoire pourrait effrayer les tout-petits… !

Apprendre à bien prononcer le français !

 

La chèvre de M. Seguin pdf

Monsieur Seguin n’avait jamaiseu de bonheur avec ses chèvres. Il les perdait toutes de la même façon ; un beau matin, elles cassaient leur corde, s’en◡allaient dans la montagne, et là-haut le loup les mangeait. Ni les caresses de leur maître, ni la peur du loup, rien ne les retenait. C’étaient, paraît-il, des chèvres indépendantes, voulant◡à tout prix le grand◡air et la liberté. Le brave M. Seguin, qui ne comprenait rien au caractère de ses bêtes, était consterné.
Il disait : « C’est fini ; les chèvres s’ennuient chez moi, je n’en garderai pas◡une. »
Cependant, il ne se découragea pas, et, après◡avoir perdu six chèvres de la même manière, il◡en acheta une septième. Seulement, cette fois, il◡eut soin de la prendre toute jeune, pour qu’elle s’habituât mieux à demeurer chez lui. Ah ! qu’elle◡était jolie la petite chèvre de M. Seguin ! qu’elle◡était jolie avec ses◡yeux doux, sa barbiche de sous-officier, ses sabots noirs et luisants, ses cornes zébrées et ses longs poils blancs qui lui faisaient une houppelande ! C’était presque aussi charmant que le cabri d’Esméralda – et puis, docile, caressante, se laissant traire sans bouger, sans mettre son pied dans l’écuelle. Un◡amour de petite chèvre… Monsieur Seguin avait derrière sa maison un clos entouré d’aubépines. C’est là qu’il mit la nouvelle pensionnaire. Il l’attacha à un pieu au plus bel◡endroit du pré, en◡ayant soin de lui laisser beaucoup de corde, et de temps◡en temps il venait voir si elle◡était bien. La chèvre se trouvait très◡heureuse et broutait l’herbe de si bon cœur que M. Seguin était ravi.
« Enfin, pensait le pauvre◡homme, en voilà une qui ne s’ennuiera pas chez moi ! »
M. Seguin se trompait, sa chèvre s’ennuya. Un jour, elle se dit en regardant la montagne :
« Comme◡on doit◡être bien là-haut ! Quel plaisir de gambader dans la bruyère, sans cette maudite longe qui vous◡écorche le cou !… C’est bon pour l’âne ou le bœuf de brouter dans◡un clos !… Les chèvres, il leur faut du large. »
À partir de ce moment, l’herbe du clos lui parut fade. L’ennui lui vint. Elle maigrit, son lait se fit rare. C’était pitié de la voir tirer tout le jour sur sa longe, la tête tournée du côté de la montagne, la narine ouverte, en faisant Mé !… tristement. M. Seguin s’apercevait bien que sa chèvre avait quelque chose, mais il ne savait pas ce que c’était… Un matin, comme il◡achevait de la traire, la chèvre se retourna et lui dit dans son patois :
« Écoutez, monsieur Seguin, je me languis chez vous, laissez-moi aller dans la montagne.
– Ah ! mon Dieu !… Elle◡aussi ! » cria M. Seguin stupéfait, et du coup il laissa tomber son◡écuelle ; puis, s’asseyant dans l’herbe à côté de sa chèvre :
« Comment, Blanquette, tu veux me quitter ! »
Et Blanquette répondit : « Oui, monsieur Seguin.
– Est-ce que l’herbe te manque ici ?
– Oh ! non, monsieur Seguin.
– Tu es peut-être attachée de trop court. Veux-tu que j’allonge la corde ?
– Ce n’est pas la peine, monsieur Seguin.
– Alors, qu’est-ce qu’il te faut ? qu’est-ce que tu veux ?
– Je veux aller dans la montagne, monsieur Seguin.
– Mais, malheureuse, tu ne sais pas qu’il◡y a le loup dans la montagne… Que feras-tu quand◡il viendra ?
– Je lui donnerai des coups de cornes, monsieur Seguin.
– Le loup se moque bien de tes cornes. Il m’a mangé des biques autrement encornées que toi… Tu sais bien, la pauvre vieille Renaude qui était◡ici l’an dernier ? une maîtresse chèvre, forte et méchante comme◡un bouc. Elle s’est battue avec le loup toute la nuit… puis, le matin, le loup l’a mangée.
– Pécaïre ! Pauvre Renaude !… Ça ne fait rien, monsieur Seguin, laissez-moi aller dans la montagne.
– Bonté divine !… dit M. Seguin ; mais qu’est-ce qu’on leur fait donc à mes chèvres ? Encore◡une que le loup va me manger… Eh bien, non… je te sauverai malgré toi, coquine ! et de peur que tu ne rompes ta corde, je vais t’enfermer dans l’étable, et tu y resteras toujours. »
Là-dessus, M. Seguin emporte la chèvre dans◡une étable toute noire, dont◡il ferma la porte à double tour. Malheureusement, il◡avait oublié la fenêtre, et à peine eut-il le dos tourné, que la petite s’en◡alla… Quand la chèvre blanche arriva dans la montagne, ce fut◡un ravissement général. Jamais les vieux sapins n’avaient rien vu d’aussi joli. On la reçut comme◡une petite reine. Les châtaigniers se baissaient jusqu’à terre pour la caresser du bout de leurs branches. Les genêts d’or s’ouvraient sur son passage, et sentaient bon tant qu’ils pouvaient. Toute la montagne lui fit fête. Pensez, si notre chèvre était◡heureuse ! Plus de corde, plus de pieu… rien qui l’empêchât de gambader, de brouter à sa guise… C’est là qu’il◡y en◡avait de l’herbe ! jusque par-dessus les cornes, Pécaïre ! Et quelle herbe ! Savoureuse, fine, dentelée, faite de mille plantes… C’était bien autre chose que le gazon du clos. Et les fleurs donc !… De grandes campanules bleues, des digitales de pourpre à longs calices, toute◡une forêt de fleurs sauvages débordant de sucs capiteux ! … La chèvre blanche, à moitié saoule, se vautrait là-dedans les jambes en l’air et roulait le long des talus, pêle-mêle, avec les feuilles tombées et les châtaignes… Puis, tout◡à coup, elle se redressait d’un bond sur ses pattes. Hop ! la voilà partie, la tête en◡avant, à travers les maquis et les buissières, tantôt sur◡un pic, tantôt au fond d’un ravin, là-haut, en bas, partout… On◡aurait dit qu’il◡y avait dix chèvres de M. Seguin dans la montagne. C’est qu’elle n’avait peur de rien, la Blanquette. Elle franchissait d’un saut de grands torrents qui l’éclaboussaient au passage de poussière humide et d’écume. Alors, toute ruisselante, elle◡allait s’étendre sur quelque roche plate et se faisait sécher par le soleil… Une fois, s’avançant au bord d’un plateau, une fleur de cytise aux dents, elle◡aperçut en bas, tout◡en bas dans la plaine, la maison de M. Seguin avec le clos derrière. Cela la fit rire◡aux larmes.
« Que c’est petit ! dit-elle ; comment ai-je pu tenir là-dedans ? »
Pauvrette ! de se voir si haut perchée, elle se croyait au moins aussi grande que le monde… En somme, ce fut◡une bonne journée pour la chèvre de M. Seguin. Vers le milieu du jour, en courant de droite et de gauche, elle tomba dans◡un groupe de chamois en train de croquer une lambrusque à belles dents. Notre petite coureuse en robe blanche fit sensation. On lui donna la meilleure place à la lambrusque, et tous ces messieurs furent très galants… Il paraît même qu’un jeune chamois à pelage noir eut la bonne fortune de plaire à Blanquette. Les deux◡amoureux s’égarèrent parmi le bois une◡heure◡ou deux, et si tu veux savoir ce qu’ils dirent, va le demander aux sources bavardes qui courent invisibles dans la mousse. Tout◡à coup, le vent fraîchit. La montagne devint violette ; c’était le soir…
« Déjà ! » dit la petite chèvre, et elle s’arrêta fort◡étonnée.
En bas, les champs étaient noyés de brume. Le clos de M. Seguin disparaissait dans le brouillard, et de la maisonnette on ne voyait plus que le toit avec◡un peu de fumée. Elle◡écouta les clochettes d’un troupeau qu’on ramenait, et se sentit l’âme toute triste… Un gerfaut, qui rentrait, la frôla de ses◡ailes en passant. Elle tressaillit… Puis ce fut◡un hurlement dans la montagne: « Hou ! hou ! » Elle pensa au loup, de tout le jour la folle n’y avait pas pensé… Au même moment une trompe sonna bien loin dans la vallée. C’était ce bon M. Seguin qui tentait un dernier◡effort.
« Hou ! hou !… faisait le loup.
– Reviens ! reviens ! … », criait la trompe.
Blanquette eut◡envie de revenir ; mais en se rappelant le pieu, la corde, la haie du clos, elle pensa que maintenant elle ne pouvait plus se faire à cette vie, et qu’il valait mieux rester. La trompe ne sonnait plus… La chèvre entendit derrière◡elle un bruit de feuilles. Elle se retourna et vit dans l’ombre deux◡oreilles courtes, toutes droites, avec deux◡yeux qui reluisaient… C’était le loup. Énorme, immobile, assis sur son train de derrière, il◡était là regardant la petite chèvre blanche et la dégustant par◡avance. Comme◡il savait bien qu’il la mangerait, le loup ne se pressait pas. Seulement, quand◡elle se retourna, il se mit◡à rire méchamment.
« Ha ! ha ! la petite chèvre de M. Seguin » ; et il passa sa grosse langue rouge sur ses babines d’amadou. Blanquette se sentit perdue… Un moment, en se rappelant l’histoire de la vieille Renaude, qui s’était battue toute la nuit pour◡être mangée le matin, elle se dit qu’il vaudrait peut-être mieux se laisser manger tout de suite ; mais, s’étant ravisée, elle tomba en garde, la tête basse et la corne en◡avant, comme◡une brave chèvre de M. Seguin qu’elle◡était… Non pas qu’elle◡eût l’espoir de tuer le loup – les chèvres ne tuent pas le loup – mais seulement pour voir si elle pourrait tenir aussi longtemps que la Renaude. Alors le monstre s’avança, et les petites cornes entrèrent en danse. Ah ! la brave petite chevrette, comme◡elle◡y allait de bon cœur ! Plus de dix fois, elle força le loup à reculer pour reprendre◡haleine. Pendant ces trêves d’une minute, la gourmande cueillait en hâte encore◡un brin de sa chère◡herbe ; puis elle retournait au combat, la bouche pleine… Cela dura toute la nuit. De temps◡en temps, la chèvre de M. Seguin regardait les◡étoiles danser dans le ciel clair, et elle se disait :
« Oh ! pourvu que je tienne jusqu’à l’aube… »
L’une◡après l’autre, les◡étoiles s’éteignirent. Blanquette redoubla de coups de cornes, le loup de coups de dents… Une lueur pâle parut dans l’horizon… Le chant du coq enroué monta d’une métairie.
« Enfin ! » dit la pauvre bête, qui n’attendait plus que le jour pour mourir ; et elle s’allongea par terre dans sa belle fourrure blanche toute tachée de sang… Alors le loup se jeta sur la petite chèvre et la mangea.

La lecture à haute voix vue par Daniel Pennac

« Étrange disparition que celle de la lecture à voix haute. Qu’est-ce que Dostoïevski aurait pensé de ça ? Et Flaubert ? Plus le droit de se mettre les mots en bouche avant de se les fourrer dans la tête ? Plus d’oreille ? Plus de musique ? Plus de salive ? Plus de goût, les mots ? Et puis quoi, encore ! […] Est-ce qu’il [Flaubert] n’est pas définitivement mieux placé que quiconque pour savoir que l’intelligence du texte passe par le son des mots d’où fuse tout leur sens ? Est-ce qu’il ne sait pas comme personne, lui qui a tant bagarré contre la musique intempestive des syllabes, la tyrannie des cadences, que le sens, ça se prononce ? Quoi ? des textes muets pour de purs esprits ? À moi, Rabelais ! À moi, Flaubert ! Dosto ! Kafka ! Dickens, à moi ! Gigantesques brailleurs de sens, ici tout de suite ! Venez souffler dans nos livres ! Nos mots ont besoin de corps ! Nos livres ont besoin de vie !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-3.png.
Daniel Pennac


Il est vrai que c’est confortable, le silence du texte… on n’y risque pas la mort de Dickens, emporté après une de ses harassantes lectures publiques… le texte et soi… tous ces mots muselés dans la douillette cuisine de notre intelligence… comme on se sent quelqu’un en ce silencieux tricotage de nos commentaires ! … et puis, à juger le livre à part soi on ne court pas le risque d’être jugé par lui… c’est que, dès que la voix s’en mêle, le livre en dit long sur son lecteur… le livre dit tout.

L’homme qui lit de vive voix s’expose absolument. S’il ne sait pas ce qu’il lit, il est ignorant dans ses mots, c’est une misère, et cela s’entend. S’il refuse d’habiter sa lecture, les mots restent lettres mortes, et cela se sent. S’il gorge le texte de sa présence, l’auteur se rétracte, c’est un numéro de cirque, et cela se voit. L’homme qui lit de vive voix s’expose absolument aux yeux qui l’écoutent.

S’il lit vraiment, s’il y met son savoir en maîtrisant son plaisir, si sa lecture est acte de sympathie pour l’auditoire comme pour le texte et son auteur, s’il parvient à faire entendre la nécessité d’écrire en réveillant nos plus obscurs besoins de comprendre, alors les livres s’ouvrent grand, et la foule de ceux qui se croyaient exclus de la lecture s’y engouffre derrière lui. »

Daniel Pennac, Comme un roman (1992),
Gallimard, collection « Folio », no 2724, p. 195-196

Les expressions du monde professionnel

J’ai la tête sous l’eau (ou overbooké) : « Je te réponds asap mais là je suis vraiment sous l’eau. »

J’ai zéro visibilité. (Je ne sais pas où je vais, je ne peux pas avancer avec ce projet.)

Je te prends au mot. (Accepter une offre ou une proposition de quelqu’un qui ne pensait pas être pris au sérieux.)

J’ai les crocs. (J’ai très faim.)

C’est dans mes cordes. (J’ai les compétences pour le faire)

J’arrondis les angles. (Faire en sorte de calmer un sujet qui fâche.)

Ça porte ses fruits. (Avoir des effets positifs.)

Je te renvoie l’ascenseur. (Répondre à un bienfait par un bienfait, mais aussi à une méchanceté par une méchanceté.)

Je rebondis sur ce que tu as dit. (Je saute sur/profite de l’occasion…)

J’ai vu passer ton mail. (J’ai lu ton email.)

Je te donne mon GO. (Je te donne le feu vert.)

Grosso merdo (En gros)

Bon bah y a plus qu’à ! (Au travail !)

Je suis charrette. (Je suis en retard.)

Je prends la tête des opé.

J’attends ton feedback. (J’attends ton retour, avis…)

Incessamment sous peu. (A très vite !)

On se fait un call. (On s’appelle.)

On nous met la pression.

Je te mets dans la boucle. (Je te mets en copie pour que tu sois informé.)

Ça va comme un lundi. (Je suis fatigué et pas prêt à attaquer la semaine.)

Tu me fais un feed-back. (Un résumé de la situation)

Checker ses emails. (Vérifier ses emails.)

Briefer quelqu’un. (Communiquer des instructions à quelqu’un.)

Je suis payé au lance-pierre. (Je suis sous-payé)

Enivrer : Prononciation et orthographe

Enivrer [ɑ̃nivre] signifie rendre une personne ivre (par l’alcool). En d’autres termes, on peut être enivré d’alcool ou on peut aussi enivrer quelqu’un en le faisant boire. Toujours dans son sens propre, le verbe enivrer désigne également toutes substances, vapeurs ou fumées dont l’effet est le même que l’alcool.

Les travailleurs de la mer (1866)

Parlons maintenant de son sens figuré. Lorsque Colette écrit dans les Vrilles de la Vigne, La Baie de Somme, « La jeune maman, sous l’ombrelle de toile rayée, oublie délicieusement ses deux gosses et s’enivre, les joues chaudes, d’un roman mystérieux, habillé comme elle de toile écrue… », cela signifie simplement que le personnage du roman est exalté par sa lecture. Enivrer évoque les troubles ou sensations agréables dont on se remplit parfois. Ainsi, l’air marin peut enivrer, tout comme une musique ou n’importe quel son agréable.

Les vrilles de la vigne (1908)

Le verbe « enivrer » ne respecte pas la logique phonétique de la langue française. On a vu pendant les cours de phonétique que la combinaison « EN » faisait le son [ɑ̃] lorsqu’elle était suivie d’une consonne (Ex : ensemble [ɑ̃sɑ̃bl], enfant [ɑ̃fɑ̃]). On aurait donc la tentation de prononcer « é-ni-vrer » [enivre]. Il faudrait donc ajouter un « n » pour lever toutes les ambiguïtés : « en-ni-vrer. Littré a constaté l’incohérence de l’Académie française qui écrit énamourer mais enivrer.

La prononciation correcte est donc [ɑ̃nivre].

Enivrer… Enivrer… Enivrer…

Enfin pour terminer ce billet et mettre en pratique la prononciation de « enivrer », je vous propose de lire ou d’écouter le merveilleux poème de Baudelaire, tiré du Spleen de Paris, « Enivrez-vous ».

Enivrez-vous lu par VR

Enivrez-vous, Baudelaire, Le Spleen de Paris, XXXIII

« Il faut◡être toujours◡ivre. Tout◡est là : c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du Temps qui brise vos◡épaules et vous penche vers la terre, il faut vous◡enivrer sans trêve.

    Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.

    Et si quelquefois, sur les marches d’un palais, sur l’herbe verte d’un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l’ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez◡au vent, à la vague, à l’étoile, à l’oiseau, à l’horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure◡il◡est ; et le vent, la vague, l’étoile, l’oiseau, l’horloge, vous répondront : « Il◡est l’heure de s’enivrer ! Pour n’être pas les◡esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. »

Les bizarreries de la langue française

Hôtelier [otəlje], Batelier [batəlje] , Atelier [atəlje], Râtelier [ratəlje], Chapelier [ʃapəlje], Bachelier [baʃəlje] : La règle du -e [ə] (caduque ou muet) est complexe. Lorsque le -e [ə] est précédé de deux consonnes et suivi d’une consonne, alors il devient sonore (on le prononce). A l’inverse, lorsque le -e [ə] se trouve entre une seule consonne, il devient muet. Exception pour les mots dont le -e [ə] est suivi par i mouillé (ou yod) [j], même s’il est entouré d’une seule consonne, alors exceptionnellement il se prononcera.

En résumé :

2 consonnes + e + 1 consonne = On prononce le -e [ə]
1 consonne + e + 1 consonne = On ne prononce pas le -e [ə]
1 consonne + e + 1 consonne avec [j] = On prononce le -e [ə]

Monsieur (Mon/sieur) se prononce [məsjø] : Dans la première syllabe, le « on » fait exceptionnellement le son [ə], et le « r » à la fin du mot est muet. Étymologiquement parlant, « mon » est l’adjectif possessif et « sieur » une forme contractée de « seigneur ».

Femme se prononce [fam]. Le mot vient du latin Femina qui signifie « femelle ». La prononciation de « femme » avec un « a » [fam] viendrait du mot de l’ancien français « fame » pour désigner quelque chose de bonne réputation ou de renommée. Ainsi on faisait appel à des remèdes de bonne « fame » (remède de bonne femme).

Les mots qui commencent par « abs » se prononcent « aps ».
Exemples : absorber [apsɔrbe] ; absence [apsɑ̃s] ; abstrait [apstrε] …
On remarque la même chose pour les mots en « obs » qui vont se transformer en « ops ». Ex. observation [ɔpsεrvasjɔ̃].

On ajoute parfois des « e » [ə] pour des raisons totalement phonologiques. Ex. Un ours brun => Un ours[ə] brun.

Toujours avec le mot « ours » : lorsque ce mot est suivi d’un mot commençant par une voyelle, il faudra faire une liaison en « s » et non en « z » comme on le fait habituellement en français, car le « s » de « ours » est une consonne sonore.
Ex1. J’ai vu unoursendormi [œ̃nursɑ̃dɔrmi] dans une grotte.

Même chose pour le mot « sens » : étant donné que son « s » final se prononce, on fera une liaison en « s » si le mot qui suit commence par une voyelle.
Ex2. Tourner dans le sensinverse des aiguilles d’une montre. [sɑ̃s◡ɛ̃vɛrs]

Acupuncture (A/cu/punc/tu/re) [akypɔ̃ktyr] : en latin de acus (aiguille) et de punctura (piqûre). La troisième syllabe « punc » se prononce « ponc » [pɔ̃k].

Bœuf, œuf, os : Ces trois mots ont une consonne finale qui s’entend uniquement au singulier. Au pluriel, on ne prononce pas la consonne finale.
Bœuf [bɶf], au pluriel : bœufs [bø]
ɶuf
[ɶf], au pluriel : œufs [ø]
Os [ɔs], au pluriel : os [o]

Second, seconde [səgɔ̃], [səgɔ̃d] : Pourquoi la deuxième syllabe « con »  se prononce-t-telle « gon » ? Tout est question d’étymologie. Le terme vient du latin secundus, qui signifie « qui suit ». Jusqu’au XVIIIe siècle, le mot s’écrivait « segond ». Ensuite, la lettre G a été remplacée par un C, pour rendre la graphie conforme à la racine latine. Mais la prononciation n’a pas suivi l’uniformisation de l’orthographe…

Zinc [zε̃g] : On le prononce « Zing ». Encore un « c » qu’on doit prononcer « g ».

Le « p » à l’intérieur des mots « compte » [kɔ̃t], « prompt » [prɔ̃], « sculpture » [skyltyr] ne se prononce pas.

Les feuilles mortes

Jacques Prévert parle avec nostalgie et mélancolie d’un amour perdu. Ce poème, écrit en 1945, a été repris en musique par différents artistes : Dalida, Grace Jones, Juliette Gréco, Iggy Pop, Lambert Wilson, Franck Sinitra… « Les Feuilles mortes » est interprétée par Yves Montand en 1949. Qui n’a jamais fredonné cette chanson culte ?

Oh, je voudrais tant que tu te souviennes [suvjεn],
Des jours◡heureux [z-ɶrø] quand nous◡étions◡amis,
En ce temps-là, la vie était plus belle [bεl],
Et le soleil [sɔlεj] plus brûlant qu’aujourd’hui [k-oʒurdɥi].

Les feuilles [fɶj] mortes se ramassent◡à la pelle [pεl],
Tu vois je n’ai pas◡oublié.
Les feuilles mortes se ramassent◡à la pelle,
Les souvenirs [suv(ə)nir] et les regrets [rəgrε]◡aussi.

Et le vent [vɑ̃] du nord [nɔr] les◡emporte [z-ɑ̃pɔrtə],
Dans la nuit froide de l’oubli.
Tu vois, je n’ai pas◡oublié [zublije],
La chanson [ʃɑ̃sɔ̃] que tu me chantais.

C’est◡une chanson, qui nous ressemble [rəsɑ̃blə],
Toi tu m’aimais et je t’aimais.
Nous vivions tous les deux◡ensemble,
Toi qui m’aimais, moi qui t’aimais.

Mais la vie sépare ceux qui s’aiment,
Tout doucement [dus(ə)mɑ̃], sans faire de bruit [brɥi].
Et la mer efface sur le sable,
Les pas des◡amants désunis [dezyni].

Mais la vie sépare ceux qui s’aiment,
Tout doucement [dus(ə)mɑ̃], sans faire de bruit [brɥi].
Et la mer efface sur le sable,
Les pas des◡amants désunis [dezyni].

Version originale : Yves Montand

Version jazz : Iggy Pop

Paris : noms des stations de métro

Denfert Rochereau, Barbès Rochechouart, Bir Hakeim, Richelieu Drouot, Ranelagh,  Faidherbe  Chaligny,  Ourcq…  Si la lecture de ces noms vous donnent la chair de poule, je vous conseille alors d’écouter les audios ci-dessous et de répéter après moi : Dans fer Roche Rot, Bar baisse Rocheux Choir… 😉

Abbesses
Adolphe Chérioux
Alésia
Alexandre Dumas
Alma – Marceau
Anatole France
Anvers Sacré-Cœur
Argentine
Arts et Métiers
Asnières – Gennevilliers Les Courtilles
Assemblée nationale
Aubervilliers – Pantin – Quatre Chemins
Avenue Émile-Zola
Avron

Balard
Barbès – Rochechouart
Basilique de Saint-Denis Hôtel de Ville
Bastille
Bel-Air
Belleville
Bérault
Bercy
Bibliothèque François-Mitterrand
Billancourt
Bir-Hakeim
Blanche
Bobigny – Pablo Picasso Préfecture – Hôtel du Département
Bobigny – Pantin – Raymond Queneau
Boissière
Bolivar
Bonne-Nouvelle
Botzaris
Boucicaut
Boulogne – Jean Jaurès Boulogne-Billancourt
Boulogne – Pont de Saint-Cloud
Bourse
Bréguet – Sabin
Brochant
Butte Montmartre
Buttes Chaumont
Buzenval

Cadet
Cambronne
Campo-Formio
Cardinal Lemoine
Carrefour Pleyel
Censier – Daubenton
Champs-Élysées – Clemenceau Grand Palais
Chardon-Lagache
Charenton – Écoles Place Aristide Briand
Charles de Gaulle – Étoile
Charles Michels
Charonne
Château de Vincennes
Château d’Eau
Château Rouge
Château-Landon
Châtelet
Châtillon-Montrouge
Chaussée d’Antin – La Fayette
Chemin Vert
Chevaleret
Cité
Cluny – La Sorbonne
Colonel Fabien
Commerce
Concorde
Convention
Corentin Cariou
Corentin Celton
Corvisart
Cour Saint-Émilion
Courcelles
Couronnes
Courteline
Créteil
Crimée
Croix de Chavaux
Danube
Daumesnil
Denfert-Rochereau
Dugommier
Dupleix
Duroc

École Militaire
École vétérinaire de Maisons-Alfort
Edgar Quinet
Église d’Auteuil
Église de Pantin
Esplanade de La Défense
Étienne Marcel
Europe
Exelmans 

Faidherbe – Chaligny
Falguière
Félix Éboué
Félix Faure
Filles du Calvaire
Fort d’Aubervilliers
Franklin D. Roosevelt

Gabribaldi
Gabriel Péri
Gaité
Gallieni Parc de Bagnolet
Gambetta
Gare d’Austerlitz
Gare de l’Est
Gare de Lyon
Gare du Nord
George V
Glacière
Goncourt Hôpital Saint-Louis
Grands Boulevards
Guy Môquet
Havre – Caumartin
Hoche
Hôtel de Ville
Iéna
Invalides
Jacques Bonsergent
Jasmin
Jaurès
Javel – André Citroën
Jourdain
Jules Joffrin
Jussieu

Kléber
La Chapelle
La Courneuve – 8 Mai 1945
La Défense Grande Arche
La Fourche
La Motte-Picquet – Grenelle
La Muette
La Tour-Maubourg
Lamarck – Caulaincourt
Laumière
Le Kremlin-Bicêtre
Le Peletier
Ledru-Rollin
Léon Blum
Les Agnettes
Les Gobelins
Les Halles
Les Sablons Jardin d’Acclimatation
Liberté
Liège
Louis Blanc
Louise Michel
Lourmel
Louvre – Rivoli

Mabillon
Madeleine
Mairie de Clichy
Mairie de Montreuil
Mairie de Montrouge
Mairie de Saint-Ouen
Mairie des Lilas
Mairie d’Issy
Mairie d’Ivry
Maison Blanche
Maisons-Alfort
Malakoff
Malesherbes
Maraîchers
Marcadet – Poissonniers
Marcel Sembat
Marx Dormoy
Maubert – Mutualité
Ménilmontant
Michel Bizot
Michel-Ange – Auteuil
Mirabeau
Miromesnil
Monceau
Montgallet
Montparnasse – Bienvenüe
Mouton-Duvernet
Musée d’Orsay
Nation Place des Antilles
Nationale
Notre-Dame-de-Lorette
Notre-Dame-des-Champs
Oberkampf
Odéon
Olympiades
Opéra
Ourcq

Palais Royal – Musée du Louvre
Parc de la Villette
Parmentier
Passy
Pasteur
Pelleport
Père Lachaise
Pereire
Pernety
Philippe Auguste
Picpus
Pierre et Marie Curie
Pigalle
Place de Clichy
Place des Fêtes
Place d’Italie
Place Monge Jardin des Plantes – Arènes de Lutèce
Plaisance
Poissonnière
Pont de Levallois – Bécon
Pont de Neuilly
Pont de Sèvres
Pont Neuf
Pont-Marie Cité des Arts
Porte Dauphine
Porte d’Auteuil
Porte de Bagnolet
Porte de Champerret
Porte de Charenton
Porte de Choisy
Porte de Clichy
Porte de Clignancourt
Porte de la Chapelle
Porte de la Villette
Porte de Montreuil
Porte de Pantin
Porte de Saint-Cloud Parc des Princes
Porte de Saint-Ouen
Porte de Vanves
Porte de Versailles Parc des Expositions de Paris
Porte de Vincennes
Porte des Lilas
Porte d’Italie
Porte d’Ivry
Porte Dorée
Porte d’Orléans
Porte Maillot
Pré Saint-Gervais
Pyramides
Pyrénées
Quai de la Gare
Quai de la Rapée
Quatre-Septembre         

Rambuteau Centre Georges Pompidou
Ranelagh
Raspail
Réaumur – Sébastopol
Rennes
République
Reuilly – Diderot
Richard-Lenoir
Richelieu – Drouot
Riquet
Robespierre
Rome
Rue de la Pompe Avenue Georges Mandel
Rue des Boulets
Rue du Bac
Rue Saint-Maur
Saint-Ambroise
Saint-Augustin
Saint-Denis – Aubervilliers Front Populaire
Saint-Denis – Porte de Paris Stade de France
Saint-Denis Université
Saint-Fargeau
Saint-François Xavier
Saint-Georges
Saint-Germain-des-Prés
Saint-Jacques
Saint-Lazare
Saint-Mandé
Saint-Marcel
Saint-Michel
Saint-Paul Le Marais
Saint-Philippe du Roule
Saint-Placide
Saint-Sébastien – Froissart
Saint-Sulpice
Ségur
Sentier
Sèvres – Babylone
Sèvres – Lecourbe
Simplon
Solférino
Stalingrad
Strasbourg – Saint-Denis
Sully-Morland

Télégraphe
Temple
Ternes
Tolbiac
Tour Eiffel
Trinité – d’Estienne d’Orves
Trocadéro
Tuileries
Vaneau
Varenne
Vaugirard
Vavin
Victor Hugo
Villejuif – Léo Lagrange
Villejuif – Louis Aragon
Villiers
Volontaires
Voltaire
Wagram

Les 10 stations de métro où personne ne va… Même Lorànt Deutsch n’ose pas y aller.