Tous les articles par admin

Quand le y vaut deux i

La règle est que le « y » vaut deux « i » quand il se trouve entre deux voyelles dans un même mot. Dans la deuxième colonne, j’ai transformé le y en deux i pour mettre en valeur ce phénomène phonétique. Le son [j] que l’on entend en prononçant le y (ii) s’appelle en phonétique le yod.

Magie des paysages

Aboyer […] Voyons

aboyerABOI IERabwa-je
appuyerAPPUI IERapɥi-je
ayant
(participe présent avoir)
AI IANTɛ-jɑ̃
bruyantBRUI IANTbrɥi-jɑ̃
crayeuxCRAI IEUXkrɛ-jø
crayonCRAI IONkrɛ-jɔ̃
effrayantEFFRAI IANTefrɛ-jɑ̃
employéEMPLOI IERɑ̃plwa-je
ennuyantENNUI IANTɑ̃nɥi-jɑ̃
ennuyeuxENNUI IEUXɑ̃nɥi-jø
envoyerENVOI IERɑ̃vwa-je
essuyerESSUI IEResɥi-je
fuyantFUI IANTfɥi-jɑ̃
impitoyable (sans pitié)IMPITOI IABLEɛ̃pitwa-jabl
incroyableINCROI IABLEɛ̃krwa-jabl
joyauxJOI IAUXjwa-jo
joyeuxJOI IEUXjwa-jø
nettoyerNETTOI IERnetwa-je
noyauNOI IAUnwa-jo
payerPAI IERpɛ-je
rayonRAI IONrɛ-jɔ̃
royalROI IALrwa-jal
royaumeROI IAUMErwa-jom
se noyerSE NOI IERsə nwa-je
soyeuxSOI IEUXswa-jø
soyons (verbe être)SOI IONSswa-jɔ̃
voyageVOI IAGEvwa-jaʒ
voyageurVOI IAGEURvwa-jaʒœr
voyantVOI IANTvwa-jɑ̃
voyons !VOI IONSvwa-jɔ̃
Appuyer sur la touche MAJ du clavier

Phrases avec le son [j]

J’ai entendu le chien aboyer toute la nuit.ʒe ɑ̃tɑ̃dy lə ʃjɛ̃ abwaje tut la nɥi
Il faut appuyer sur la touche MAJ.il fo apɥije syr la tuʃ maʒ
Je voyage tout‿en‿ayant conscience du danger.ʒə vwajaʒ tutɑ̃ nɛjɑ̃ kɔ̃sjɑ̃s dy dɑ̃ʒe
Comme cette rue est bruyante !kɔm sɛt ry ɛ brɥijɑ̃t
Ce sont des falaises crayeuses.sə sɔ̃ de falɛz krɛjøz
Donne-moi un crayon, s’il te plaît.dɔnmwa œ̃ krɛjɔ̃ siltəplɛ
Cette‿histoire est‿effrayante, j’en‿ai la chair de poule.sɛtistwar ɛtefrɛjɑ̃t ʒɑ̃ne la ʃɛr də pul
Les‿employés de ce grand magasin sont‿en grève toute la semaine.le zɑ̃plwaje də sə grɑ̃ magazɛ̃ sɔ̃tɑ̃ grɛv tut la s(ə)mɛn
Une personne ennuyante est quelqu’un qui ennuie par‿occasion, cela est donc accidentel.yn pɛrsɔn ɑ̃nɥijɑ̃t ɛ kɛlkœ̃ ki ɑ̃nɥi parɔkazjɔ̃ səla ɛ dɔ̃k aksidɑ̃tɛl
Une personne ennuyeuse est quelqu’un qui ennuie toujours, cela est donc inhérent.yn pɛrsɔn ɑ̃nɥijøz ɛ kɛlkœ̃ ki ɑ̃nɥi tuʒur səla ɛ dɔ̃k inerɑ̃
J’ai envoyé une dizaine de messages aux‿amis.ʒe ɑ̃vwaje yn dizɛn də mesaʒ ozami
Il‿a essuyé la vaisselle à contre-cœur.ila esɥije la vɛsɛl a kɔ̃trəkœr
Je n’aime pas les gens qui ont un regard fuyant.ʒə nɛm pa le ʒɑ̃ ki ɔ̃ œ̃ rəgar fɥijɑ̃
Cet‿homme d’affaires est‿une personne impitoyable, c’est probablement la clé de son succès.sɛtɔm dafɛr ɛtyn pɛrsɔn ɛ̃pitwajabl sɛ probabləmɑ̃ la kle də sɔ̃ syksɛ
Les voitures électriques rencontrent un succès incroyable à Paris. le vwatyr elɛktrik rɑ̃kɔ̃tr œ̃ syksɛ ɛ̃krwajabla pari
En Bretagne, il‿existe des joyaux d’architecture à ne pas manquer.ã brətaɲ ilɛgzist de ʒwajo darʃitɛktyr anəpamɑ̃ke
Joyeux‿anniversaire !ʒwajøzanivɛrsɛr
Je dois nettoyer mon‿écran d’ordinateur.ʒə dwa netwaje mɔ̃ nekrɑ̃ dɔrdinatœr
Fais attention de ne pas‿avaler le noyau de cette‿olive.fɛ atɑ̃sjɔ̃ də nə pazavale lə nwajo də sɛtoliv
Je dois payer mon loyer à la fin du mois.ʒə dwa pɛje mɔ̃ lwaje alafɛ̃dymwa
Les doux rayons du soleil nous réchauffent le cœur et le corps.le du rɛjɔ̃ dy sɔlɛj nu reʃof lə kœr e lə kɔr
L’aigle royal est‿un rapace prédateur parmi les plus puissants du monde.lɛglə rwajal ɛtœ̃ rapas predatœr parmi le ply pɥisɑ̃ dy mɔ̃d
Plus d’un million de travailleurs ont quitté le Royaume-Uni en 2020.plydœ̃ miljɔ̃ də travajœr ɔ̃ kite lə rwajomyni ɑ̃ dø mil vɛ̃
Je me suis noyé dans le travail pour‿oublier cette période morose.ʒə mə sɥi nwaje dɑ̃ lə travaj purublije sɛt perjɔd mɔroz
Les poils de mon chat sont très soyeux.le pwal də mɔ̃ ʃa sɔ̃ trɛ swajø
Soyons‿heureux !swajɔ̃ zœrø
Les voyages me manquent tant !le vwajaʒ mə mɑ̃k tɑ̃
Les voyageurs doivent se présenter au comptoir de leur compagnie aérienne.le vwajaʒœr dwav sə prezɑ̃te o kɔ̃twar də lœr kɔ̃paɲi aerjɛn
Le voyant rouge s’allume, quand la batterie est déchargée.lə vwajɑ̃ ruʒ salym kɑ̃ la batri ɛ deʃarʒe
Voyons-nous l’avenir avec plus de sérénité ?vwajɔ̃nu lavnir avɛk plys də serenite

Les exceptions

Papaye coupée en deux

Les exceptions : bayadère […] papaye

bayadèreBA IADEREba-jadɛr
coyoteCO IOTEkɔ-jɔt
fayotFA IOTfa-jo
Goya GO IAgɔ-ja
goyaveGO IAVEgɔ-jav / gwa-jav
gruyèreGRU IEREgry-jεr
mayonnaiseMA IONNAISEma-jɔnɛz
papayeprononcez PA PAILLEpapaj

Le français parlé

Disparition du « ne » de la négation

A l’écrit : « On ne sait même pas la forme qu’il◡a […] » (Source : Film Les acteurs, 1999)

A l’oral : « On sait même pas la forme qu’il◡a […] »(Source : Film Les acteurs, 1999)

Transformation du « j » (je) en « ch » devant les sons [f], [p], [s], [t]

A l’écrit : « Je suis en retard. Je suis vraiment désolé. Je ne sais pas. »

A l’oral : « Chuis en r’tard. Chuis vraiment désolé. » Chais pas (disparition en plus du « ne »).

Transformation de « tu » en « t »

A l’écrit : « Si tu avais demandé un pot d’eau chaude, tu aurais pu le rallonger. » (Source : Film Les acteurs, 1999)

A l’oral : « Si t’avais d’mandé un pot d’eau chaude, t’aurais pu le rallonger. »(Source : Film Les acteurs, 1999)

Transformation de « il » ou « ils » en « i »

A l’écrit : « Alors, pourquoi il ne me l’apporte pas ? » (Source : Film Les acteurs, 1999)

A l’oral : « Alors, pourquoi im’l’apporte pas ? » [alɔr purkwa imlapɔrtəpa] (Les pronoms personnels forment souvent un bloc avec le verbe.)
(Source : Film Les acteurs, 1999)

Disparition du i de « qui » devant une voyelle

A l’écrit : « Qui est-ce qui avait raison ? » (Source : Film Les acteurs, 1999)

A l’oral : « Qu’est-ce qui avait raison ? » (Source : Film Les acteurs, 1999)

Transformation de l’expression « il y a » en « Y a »

A l’écrit : « Il y a même une dame poudrée qui m’a aidé à l’enfiler, comme quand j’étais petit, et que ma mère m’habillait. » (Source : Film Les acteurs, 1999)

A l’oral : « Y a même une dame poudrée qui m’a aidé à l’enfiler, comme quand j’étais p’tit, et que ma mère m’habillait. » /ja mɛmyn dam pudre ki ma ɛde a lɑ̃file kɔm kɑ̃ ʒetɛ pti e kə ma mɛr mabijɛ/ (Source : Film Les acteurs, 1999)

Disparition du « e » en première syllabe

A l’écrit : « Tu es sûr de lui avoir demandé ? »

A l’oral : « T’es sûr d’lui avoir d’mandé ? »

Disparition du « el » dans le mot « celui »

A l’écrit : « Je veux celui-là ! »

A l’oral : « J’veux sui-là ! »

Transformation de l’adverbe « peut-être » en « p’têt »

A l’écrit : Peut-être que tu ne lui as pas demandé avec suffisamment de conviction ? (Source : Film Les acteurs, 1999)

A l’oral : P’têt tu ne lui as pas d’mandé avec suffisamment d’conviction ? (Notez la disparition du « que ») (Source : Film Les acteurs, 1999)

Transformation du verbe « être » en « êt »

A l’écrit : « Ça pourrait être n’importe quel pot. » (Source : Film Les acteurs, 1999)

A l’oral : « Ça pourrait êt’ n’importe quel pot. » (Source : Film Les acteurs, 1999)

Disparition du “que” dans l’expression “qu’est-ce que” devant une consonne

A l’écrit : Qu’est-ce que tu veux que je te dise, moi ? (Source : Film Les acteurs, 1999)

A l’oral : Qu’est-ce tu veux que j’te dise, moi ? (Source : Film Les acteurs, 1999)

Les lettres muettes à l’intérieur des mots

A l’intérieur de certains mots français, on trouve un « h » muet. On ne le prononce donc pas.

adhésionadezjɔ̃
authentiqueotãtik
dahliadalja
étheretɛr
exhorterɛgzɔrte
inhalerinale
panthèrepɑ̃tɛr
thermestɛrm

Le h sert parfois à séparer deux voyelles, empêchant ainsi qu’elles forment un seul son.

ahuriayri
brouhahabruaa
cahierkaje
cahotkao
mohairmɔɛr
véhiculeveikyl

D’autres lettres (consonnes ou voyelles) peuvent être muettes à l’intérieur des mots.

alcoolalkɔlo muet
amygdalesamidalg muet
automne otɔnm muet
baptêmebatɛmp muet
compteurkɔ̃tœrp muet
condamnerkɔ̃danem muet
sangsuesɑ̃syg muet
Saônesona muet
septsɛtp muet
toasttosta muet

Comment écrire les adjectifs se terminant par le son [sjɛl] ?



Lorsque les adjectifs sont dérivés de noms se terminant par -ent [ɑ̃] ou -ence / ance [ɑ̃s], ils s’écriront avec un -t (tiel).

Chut, c’est confidentiel !

confidence [kɔ̃fidɑ̃s]confidentiel [kɔ̃fidɑ̃sjɛl]
démence [demɑ̃s]démentiel [demɑ̃sjɛl]
essence [esɑ̃s]essentiel [esɑ̃sjɛl]
événement [evεnmɑ̃]événementiel [evεnmɑ̃sjɛl]
existence [εkzistɑ̃s]existentiel [εkzistɑ̃sjɛl]
potence [pɔtɑ̃s]potentiel [pɔtɑ̃sjɛl]
présence [prezɑ̃s]présentiel [prezɑ̃sjɛl]
Providence [prɔvidɑ̃s]providentiel [prɔvidɑ̃sjɛl]
référence [referɑ̃s]référentiel [referɑ̃sjɛl]
résidence [rezidɑ̃s]résidentiel [rezidɑ̃sjɛl]
torrent [tɔrɑ̃]torrentiel [tɔrɑ̃sjɛl]

Les adjectifs en -tiel font leur féminin en -tielle.
Ex. Une crise existentielle [yn kriz εkzistɑ̃sjɛl]

Très peu d’adjectifs se terminent en -ciel. Ils sont dérivés de mots se terminant par -ice ou icie.

artifice [artifis]artificiel [artifisjɛl]
cicatrice [sikatris]cicatriciel [sikatrisjɛl]
matrice [matris]matriciel [matrisjɛl]
superficie [sypɛrfisi]superficiel [sypɛrfisjɛl]

Les adjectifs en -ciel font leur féminin en -cielle.
Ex. Une mode superficielle [yn mɔd sypɛrfisjɛl]

Les exceptions :

circonstance [sirkɔ̃stɑ̃s]circonstanciel [sirkɔ̃stɑ̃sjɛl]
révérence [reverɑ̃s]révérenciel [reverɑ̃sjɛl]
tendance [tɑ̃dɑ̃s]tendanciel [tɑ̃dɑ̃sjɛl]

Le son UI [ɥi]

Pluie et parapluie rouge

La semi-voyelle [ɥ] se prononce comme un [y], avec une aperture (ouverture) de la bouche encore plus petite. Lèvres plissées, la bouche est ronde et très fermée (on dit qu’elle est labiale).

La semi-voyelle [ɥ] est souvent suivie de la voyelle i mais peut être aussi combinée avec -er ou un a.

Exemples : évacuer [evakɥe] ; évacuation [evakɥasjɔ̃] ; tuer [tɥe] ; suer [sɥe] ; accentuer [aksɑ̃tɥe] ; évaluer [evalɥe] ; continuer [kɔ̃tinɥe] ; continuation [kɔ̃tinɥasjɔ̃] ; suave [sɥav] ; annuaire [anɥεr] ; nuage [nɥaʒ]

Tous les mots se terminant par la combinaison -uer ne font pas nécessairement le son [ɥ]. Tout dépend de la consonne qui le précède.
Exemples : éduquer [edyke] ; louer [lwe] ; jouer [ʒwe] ; zigzaguer [zigzage]

Les mots en -euil ou en -ouille ne font pas non plus le son [ɥ] malgré la présence d’un « ui » : feuille [fœj] ; deuil [dœj] ; nouille [nuj] ; brouillard [brujar]

La difficulté pour l’apprenant est d’éviter de faire le son [w] au lieu de [ɥ]. Exemples : Louis [lwi] –lui [lɥi] ; enfouir (creuser) [ɑ̃fwir] – s’enfuir [sɑ̃fɥir]

Pour prononcer le son [ɥ], il faut faire un [y] long, en maintenant uniquement le milieu de la langue proche du palais (on dit qu’elle est palatale). On doit sentir de l’air sortir de la bouche.

Quand la semi-voyelle [ɥ] est suivie d’un i ou d’un y, on entend le son [ɥi]. Répétez en faisant attention de faire un u long [y].

Huit [ʼɥit] (quand huit n’est pas suivi d’un mot, on prononce le t)
Lui [lɥi]  – Louis [lwi]
Puis [pɥi]
Luire (briller, refléter de la lumière) [lɥir]
L’huile [lɥil]
Suisse [sɥis]
Produit [prɔdɥi]
Gratuit [gratɥi]
Biscuit [biskɥi]
Ensuite [ɑ̃sɥit]
Circuit [sirkɥi]
Poursuite [pursɥit]
Perpétuité [pεrpetɥite]
Intuition [ɛ̃tɥisjɔ̃]
Un produit gratuit [œ̃ prɔdɥi gratɥi]
Un biscuit suisse [œ̃ biskɥi sɥis]
L’innocuité d’un vaccin [linɔkɥite dœ̃ vaksɛ̃]
Huit fruits cuits [ʼɥi frɥi kɥi]
La lune luit dans la nuit [la lyn lɥi dɑ̃ la nɥi]
Il est minuit [ilε minɥi]
Il est dix-huit heures [ilɛ dizɥitœr]
C’est la nuit [sε la nɥi]
C’est l’ennui [sε lɑ̃nɥi] – verbe ennuyer [ɑ̃nɥije]
Sous la pluie [su la plɥi], sans parapluie [sɑ̃ paraplɥi]
Du bruit dans la cuisine [dy brɥi dɑ̃ la kɥizin]
Le tuyau fuit. [lə tɥijo fɥi]
En juillet, la pluie ruisselle le long des tuiles. [ɑ̃ ʒɥijɛ la plɥi rɥisɛl lə lɔ̃ de tɥil]
Une farandole de biscuits

10 mots français à prononcer correctement

Une coccinelle [yn kɔksinɛl]

Automne[otɔn]Ne se prononce pas o-ton.
Ayant[ɛjɑ̃]Ne se prononce pas a-ian.
Besoin[bəzwɛ̃]Les Français disent souvent [bzwɛ̃]. 
Bonne[bɔn]Ne se prononce pas bon.
Campagne[kɑ̃paɲ]Ne se prononce pas came-pagne ou compagne [kɔ̃paɲ]
Extraordinaire[ɛkstraɔrdinɛ:r] ou encore [ɛkstrɔrdinɛ:r] [ɛkstrɔrdinɛ:r] est la version la plus utilisée.
Humour[ymur]Très souvent confondu avec « humeur » [ymœr]
Jaune[ʒon]Très souvent confondu avec « jeune » [ʒœn]
Psychologie[psikɔlɔʒi]Dans la même famille, on a aussi « Psychiatrie » [psikjatri].
Voyager[vwajaʒe]Ne se prononce pas voi-ja-jé. 

10 expressions françaises courantes à connaître

Demander la lune, c’est demander l’impossible !



« Eh ben dis donc ! » [e bɛ̃ di dɔ̃k]
L’expression « eh ben dis donc » s’emploie principalement à l’oral. Elle marque la surprise ou la désapprobation. Le deuxième mot « ben » qui se prononce comme « bain » est une variante familière de bien.
Ex.

  • Du jour au lendemain, j’ai décidé de partir en vacances. Malheureusement, je me suis cassé la jambe le jour du départ.
  • Eh ben dis donc, ce n’est pas de chance.

« J’ai fait une nuit blanche » [ʒe fɛ yn nɥi blɑ̃ʃ]
Cette expression signifie qu’on n’a pas fermé l’œil de la nuit.
Ex.

  • Je suis fatiguée, après cette nuit blanche, j’ai besoin de dormir.

« C’est casse-pieds ! » [sɛ kaspje]
S’emploie tant en adjectif qu’en nom pour parler de quelque chose d’ennuyeux ou d’embêtant ou d’une personne collante ou sans gêne.
Ex.

  • Mon voisin est un casse-pieds, il me sollicite tous les jours pour des trucs sans importance.

« Avoir du bol » [avwar dy bɔl] / « C’est un coup d’bol » [sɛ tœ̃ ku dbɔl]  / « C’est pas d’bol » [sɛ pa dbɔl]
Le bol, c’est tout simplement la chance, quelque chose de favorable à une attente particulière.
Ex.

  • Je pensais arriver en retard à cause des embouteillages, et coup de bol la circulation s’est fluidifiée très vite, je suis même arrivé en avance !

« Je n’te demande pas la lune » [ʒən tə dəmɑ̃d pa la lyn]
Cette expression signifie que la demande est loin d’être impossible.
Ex.

  • Accompagne-moi s’il te plaît, c’est juste pour cette fois, je ne te demande pas la lune quand même !

« Avoir un (petit) creux » [avwar œ̃ (pəti) krø]
Le (petit) creux est une petite fringale, une petite faim.
Ex.

  • On connaît tous ce petit creux qui arrive inexorablement vers 11 heures du matin.

«  Être au creux de la vague » [ɛtro krø dla vag]
Cette expression s’utilise pour parler d’une personne dans un état critique que ce soit psychique ou économique.
Ex.

  • Après un burn-out, la psychothérapie aide à soulager les moments les plus douloureux et à surmonter ce creux de la vague.

« Être obnubilé » [ɛtrɔbnybile]
On est obnubilé quand on est obsédé par quelque chose, une passion, une idée ou un sentiment. Dans le verbe « obnubiler », on retrouve la forme latine « nubes » qui signifie « nuages ». Si, littéralement, obnubiler signifie « couvrir de nuages », son sens figuré, lui, est plus obscur puisqu’il nous renvoie à l’idée que les facultés mentales sont envahies ou occupées. Difficile donc d’avoir les idées claires quand on est obnubilé par quelqu’un ou quelque chose.
Ex.

  • En pleine pandémie de coronavirus, le ministre de la Santé est sur tous les fronts. Il est d’ailleurs obnubilé par le nombre de vaccins disponibles pour la France et la livraison des doses assurée par les laboratoires.

« C’est rébarbatif » [sɛ rebarbatif]
Quand on dit qu’un sujet est rébarbatif, cela signifie qu’il est ennuyeux, désagréable ou difficile. Dans l’adjectif, on retrouve le mot « barbe » qui peut évoquer quelque chose de rêche, rude au toucher.
Ex.

  • Payer ses factures, mettre de l’ordre dans ses papiers, ranger la maison ou faire la poussière, rien de plus rébarbatif.

« Oh la barbe ! » [olabarb]
Exclamation qui traduit l’agacement, la saturation, l’ennui, l’exaspération quand quelqu’un ou quelque chose vous importune. C’est aussi un appel au silence quand on est excédé.
Ex.

  • Je dois retourner à l’hôpital faire des examens complémentaires. Quelle barbe !

L’art de bafouiller

Bafouiller [bafuje] signifie prononcer des mots ou dire quelque chose de façon très confuse, voire indistincte du fait de l’émotion, le stress ou l’ignorance.

Pour éviter de bafouiller en réunion, faites l’effort d’articuler, de respirer entre les groupes phoniques et surtout parlez lentement. Plus on parle vite, plus on risque de bafouiller ou de mal prononcer. N’hésitez pas à marquer des pauses de quelques secondes, autorisez-vous des petits silences.

Pierre Repp (1909-1986) était un artiste français très célèbre pour ses talents de bafouilleur. Il aimait jouer avec les mots, et sa technique d’énoncer des mots à la place de ceux normalement attendus était vraiment prodigieuse. Pierre Repp était le roi des contrepèteries, en inversant – pour le bonheur de son auditoire – l’ordre des syllabes ou des mots, produisant ainsi des phrases complètement burlesques.

Je vous invite à le découvrir avec « Le fin diseur » (1982)

Quand mettre le subjonctif présent ?

On met le subjonctif …avec un(e) …
Voici la personne la plus sympathique que je connaisse ! superlatif 
Faites que nos dons parviennent aux plus démunis ! Faites que nos vœux soient exaucés ! expression d’un vœu avec « Faites que » 
Les parents refusent que leurs enfants prennent le train seuls. Je ne veux pas que tu sortes pendant le couvre-feu.verbe qui exprime le refus
Le Directeur veut/souhaite que la fête de fin d’année ait lieu à Montmartre. verbe qui exprime le souhait, la volonté
Valérie se réjouit à l’idée que tu sois enfin guéri.verbe qui traduit un sentiment
Dorota est heureuse que son mari soit en bonne santé.verbe + adjectif qui traduit un sentiment
Les élèves craignent que les manifestations reprennent dès demain.verbe qui traduit la crainte, le doute, la peur
Il est impossible que tu refuses cette promotion. Il est possible que le train soit en retard. Il vaut mieux qu’il finisse ce qu’il a entrepris.verbe impersonnel
Pensez-vous qu’il vaille mieux que je choisisse ce modèle plutôt que celui-là ? Pensez-vous que cet individu soit impliqué dans cette affaire ?forme interrogative
Je ne nie pas le fait que tu aies travaillé sur le projet. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de téléphoner dans l’immédiat.forme négative
Quoi que je fasse, cet animal ne m’obéit pas !  Laurent se dépêche pour qu’il puisse enfin profiter de son après-midi.subordonnée, comme jusqu’à ce que, pour que, afin que, avant que, bien que, quoique, quoi que…

Petit rappel des règles de prosodie en français

L’accent est placé sur la voyelle de la dernière syllabe prononcée d’un mot ou d’un groupe de mots appelé groupe rythmique.

Exemples :
« Salut ! » : accent mis sur le u [y].
« Salut Lola ! » : accent mis sur le a [a]

La difficulté est donc d’apprendre à déplacer l’accent en fonction de la place du mot à accentuer.

La voyelle accentuée est légèrement plus longue que les autre voyelles du groupe rythmique non accentuées.

Le groupe rythmique contient en moyenne entre 1 et 6 syllabes ; il peut varier en fonction du débit plus ou moins rapide de la personne qui parle.

S’il fait beau aujourd’hui / nous irons à la plage.
S’il fait beau / aujourd’hui  / nous irons à la plage.

Au niveau de l’intonation, quelques règles sont à retenir.

En ce qui concerne les questions, on mettra l’intonation sur le mot interrogatif.

Exemples :
Tu t’appelles comment ?
Comment tu t’appelles ?

Sinon pour les phrases sans mot interrogatif, il convient juste de monter l’intonation en fin de phrase.

Exemples :
Viendra-t-il demain ?
Mange-t-elle trop peu ?

La phrase déclarative suppose qu’on baisse la voix en fin de phrase. Toutefois, si elle est constituée de plusieurs groupes rythmiques, on applique la règle de l’accentuation sur la dernière voyelle du groupe rythmique.

A l’impératif, on met l’accent sur le verbe d’action et on baisse la voix sur le dernier mot.

Exemples :
Range tes affaires.
Sors d’ici.
Arrête ce bruit.

Dans les groupes rythmiques, les voyelles orales sont allongées lorsqu’elles sont dans une syllabe finale terminée par une consonne allongeante. On parle alors de syllabe fermée. Les voyelles allongées sont précédées du signe deux-points /:/ dans la transcription phonétique. Les sons qui permettent cet allongement sont [ʒ], [r], [z] et [v].

  1. devant -ge : orage [ɔra:ʒ] – bavardage [bavarda:ʒ] – neige [nɛ:ʒ] – bouge [bu:ʒ]
  2. devant un r : soupir [supi:r] – repère [rəpɛ:r] – murmure [myrmy:r] – soir [swa:r]
  3. devant un s qui fait le son [z] : rose [ro:z] – chaise [ʃɛ:z] – muse [my:z] – analyse [anali:z]
  4. devant un v : vive [vi:v] – rêve [rɛ:v] – slave [sla:v] – louve [lu:v]

Les voyelles nasales, ainsi que les o fermés [o] et les eu [ø], sont allongés quelle que soit la consonne ou le groupe consonantique qui suit :

C’est neutre [nø:tr] – c’est le nôtre [no:tr] – il gonfle [gɔ̃:fl] – On mélange [melã:ʒ] – On rince [rɛ̃:s]

Remarque : Quand une voyelle orale ou nasale termine un mot et se trouve donc en finale absolue, on parle alors de syllabe ouverte. En règle générale, on ne crée pas d’allongement. La voyelle orale ou nasale, en finale absolue, sera ainsi toujours brève. Il en est de même pour les sons [wa], [ɥi], [wɛ].

Exemples : météo, cacao, infini, moto, abricot, eau, vie, été, mouton, temps, main, pluie, doux, soin, etc.

Vivement le printemps : pas d’allongement du [ɑ̃]