Exercice de phonétique avec Un, Deux… (Partie 1)

Apprenez à prononcer correctement le français avec des exercices de phonétique !

Un◡euro [œ̃-n-øro]
Un héros [œ̃-ʼero] (pas de liaison)
Un◡heureux [œ̃-nɶrø]
Un héros heureux [œ̃-ero-ɶrø] (pas de liaison)
Un◡an [œ̃-n-ɑ̃]
Une◡année [y-n-ane]
Une◡heure [y-n-ɶr]
Un◡œuf [œ̃-n-ɶf]
Un◡neuf [œ̃-nɶf]

Deux◡euros [dø-z-øro]
Deux◡zéros [dø-zero]
Deux héros [dø-ʼero] (pas de liaison)
Deux◡oraux [dø-z-ɔro]
Deux◡heureux [dø-zɶrø]
Deux héros heureux [dø-ero-ɶrø] (pas de liaison)
Deux◡ans [dø-z-ɑ̃]
Deux cents [dø-sɑ̃]
Deux cents◡ans [dø-sɑ̃-z-ɑ̃]
Deux◡encens [dø-z-ɑ̃sɑ̃]
Deux◡heures [dø-z-ɶr]
Deux sœurs [dø-sɶr]

Quatre◡euros [katr-øro]
Quatre◡zéros [kat-zero] ou [katrə-zero]
Quatre◡oraux [katr-ɔro]
Quatre◡heureux [katr-ɶrø]
Quatre héros [katrə-ʼero] (pas de liaison)
Quatre héros heureux [katrə-ero-ɶrø] (pas de liaison)
Quatre◡ans [katr-ɑ̃]
Quatre cents [kat-sɑ̃] ou [katrə-sɑ̃]
Quatre cents◡ans [kat-sɑ̃-z-ɑ̃] ou [katrə-sɑ̃-z-ɑ̃]
Quatre◡encens [katr-ɑ̃sɑ̃]
Quatre◡heures [katr-ɶr]
Quatre sœurs [kat-sɶr] ou [katrə-sɶr]
Quatre◡œufs [katr-ø]
Quatre-quarts [kat-kar] (Cake)
Quatre-quatre [kat-katr] ou [kat-kat] (Voiture 4×4)

Six◡œufs [si-z-ø]
Ciseau [sizo] 
Six seaux [si-so]
Six◡euros [si-z-øro]
Six◡oraux [si-z-ɔro]
Six héros [si-ʼero] (pas de liaison)
Six◡heures [si-z-ɶr]
Six sœurs [si-sɶr]
Six◡ans [si-z-ɑ̃]
Six cents [si-sɑ̃]
Six cents◡ans [si-sɑ̃-z-ɑ̃]

Huit◡euros [ʼɥi-t-øro]
Huit taureaux [ʼɥi-tɔro]
Huit◡oraux [ʼɥi-t-ɔro]
Huit zéros [ʼɥi-zero]
Huit héros [ʼɥi-ʼero] (pas de liaison)
Huit◡heures [ʼɥi-t-ɶr]
Huit◡ans [ʼɥi-t-ɑ̃]
Huit cents◡ans [ʼɥi-sɑ̃-z-ɑ̃]

Neuf◡heures [nɶ-v-ɶr]
Neuf◡ans [nɶ-v-ɑ̃]
Neveu [nəvø]
Neuf vieux [nɶf-vjø]
Neuf veaux [nɶf-vo]
Neuf vœux [nɶf-vø]  
Neuf◡euros [nɶ-f-øro]
Neuf héros [nɶf-ʼero] (pas de liaison)
Neuf◡hommes [nɶ-f-ɔm]

Douze◡heures [du-z-ɶr]
Douceur [dusɶr]
Douze◡œufs [du-z-ø]
Douze◡ans [du-z-ɑ̃]
Douze◡euros [du-z-øro]
Douze◡oraux [du-z-ɔro]
Douze zéros [duz-zero]
Douze héros [duz-ʼero] (pas de liaison)


Les paronymes (partie 2)

Apprenez à prononcer correctement le français avec des exercices de phonétique !

abus, imbu, accident…
[a][ε̃]
abusimbu (se sentir supérieur)
accidentincident
affection infection (contamination)
affliger (douleur morale)infliger (faire subir )
applicationimplication
appliquerimpliquer
apportimport
apporterimporter
apposer (appliquer qq chose sur qq chose)imposer
attention (soin)intention (but)
La compréhension, l’incompréhension…
La compréhension [la-kɔ̃-pre-ɑ̃-sjɔ̃] L’incompréhension [lε̃-kɔ̃-pre-ɑ̃-sjɔ̃]
Effraction, infraction…
[e][ε̃]
effraction (vol avec ou sans effraction = ouverture forcée d’une porte)infraction (ne pas respecter un règlement)
évoquer (rappeler)invoquer (appeler un saint…)
Décerner, discerner…
[e][i]
décerner (accorder un prix)discerner (distinguer)
émigrer (s’expatrier)immigrer (être accueilli dans un pays)
éminent (supérieur)imminent (presque immédiat)
Déférer, différer
déférer (Attribuer une affaire à une juridiction)différer (s’opposer à)
A l’instar de, à l’insu de…
Et aussi …
à l’instar de (comme)à l’insu de (en cachant)à l’issue de (à la fin de)
agonir (injurier qq’un)agoniser (mourir)
bribes (restes de qqch)bride (lien)
consommerconsumer (brûler)
dénudé (nu)dénué (sans)
esquisser (dessiner)esquiver (éviter qq chose)
il faut (obligé)il vaut (valeur)
précepteur (enseignement)percepteur (impôt)
prolongation (durée)prolongement (espace)
survenir (arriver brusquement)subvenir (fournir ce qui est nécessaire)
tenuténu (faible)

Les paronymes (partie 1)

Les paronymes sont des mots qui se ressemblent tant par leur forme, leur orthographe ou leur prononciation. Mais comme leurs sens diffèrent, ils sont souvent sources de confusions. Ce test permet de vous en faire connaître quelques-uns… et d’accroître vos connaissances en vocabulaire.

Apprenez à prononcer correctement le français avec des exercices de phonétique !

A

Abus ou imbu ?
Accident ou incident ?
Affection ou infection ?
Afin ou enfin ?
Aigre ou aigle ?
Alors ou à l’heure ?
Apporter ou importer ?
Apposer ou imposer ?
Assis ou ainsi ?
Attendre ou entendre ?
Aurore ou horreur ?
Autriche ou autruche ?

B

Beurre ou bord ?
Bouge ou bouse ?
Boulet ou poulet ?
Bouquin ou boucan ?
Bureau ou bourreau ?

C

Cadre ou quatre ?
Cantine ou comptine ?
Cèdre ou zèbre ?
Celui ou c’est lui ?
Chaise ou chez◡eux ?
Chance ou sens ?
Chaton ou santon ?
Chauffeur ou chauffard ?
Cheveux ou chevaux ?
Chuchoter ou chouchouter ?
Chut !  Zut !
Cimetière ou cimeterre ?
Ciseaux ou six◡œufs ?
Cœur ou corps ?
Collection ou collation ?
Confirmer ou confiner ?
Cosmétique ou cosmique ?
Coussin ou cousin ?
Cri ou gris ?

D

Déchu ou déçu ?
Démon, dément ou demain ?
Des◡oraux ou des◡euros ?
Des◡os ou des◡œufs ?
Descend, deux cents ou deux◡ans ?
Dessert ou désert ?
Dessus ou dessous ?
Deuxième ou douzième ?
Douce ou bouge ?
Douze douches douces

E

Écouter, égoutter et goûter ?
Emporter ou importer ?
En chœur ou encore ?
En◡Andalousie ou en◡Indonésie ?
Enfin ou enfant ?
Épouvante ou éprouvante ?
Erreur, horreur ou Aurore ?
Éteindre ou étendre ?
Étendre ou entendre ?
Éventer ou éventrer ?
Extinction ou extension ?

F

Filaire ou filière ?
Flagrance ou fragrance ?
Flaque ou plaque ?
Fleur ou flore ?
Flic, fric ou frite ?
Foi ou voix ?
Fraise ou fraîche ?
Fraiseur ou fraîcheur ?

G

Geste ou zeste ?
Grâce, crasse ou classe ?
Grade ou gratte ?
Grain ou grand ?
Grand-mère ou grammaire ?
Grelot ou gros lot ?
Grimm ou crime ?
Grotte ou glotte ?

H

Heure ou or ?
Hideux ou idiot ?
Honneur ou au nord ?
Humanité ou unanimité ?
Humeur ou humour ?

I

Implorant ou en pleurant ?
Importun ou important ?
Induire ou enduire ?
Insoluble ou insalubre ?
Instinct ou instant ?
Intérieur ou antérieur ?

J

J’étais ou jeter ?
Jus ou joue ?

L

L’agence ou la chance ?
L’air/l’ère ou l’art/lard ?
L’amante ou la menthe ? (homophones)
L’amour ou la mûre ?
L’égalité ou les qualités ?
L’envers ou l’inverse ?
Lâcheté ou la jetée ?
Laisser ou lécher ?
Léger ou le jet ?
Les◡ondes, les◡Indes ou les◡Andes ?
L’occasion ou location ?

M

Maigre ou Maître ?
Manche ou mange ?
Marron, marin ou marrant ?
Melon, Meulan ou Melun ?
Mes songes ou mensonge ?
Mésange ou mes◡anges ? (homophones)
Message ou massage ?
Moment ou maman ?
Moule ou mule ?
Mue ou moue ?

O

Ongle ou oncle ?
Oraux, euros ou heureux ?

P

Pas savoir ou pas◡avoir ?
Penser ou pincer ?
Petit◡à petit ou petit◡appétit
Peur ou porc / port /  pore ?
Phrase ou fraise ?
Poison ou poisson ?
Prénom ou prenons ?
Prise de son ou prise de sang ?
Province ou Provence ?

Q

Qu’un, quand/qu’en, Caen ?

R

Rebrousser ou retrousser  ?
Réciter ou résister ?
Répartir ou repartir ?
Rue ou roue ?

S

S’entendre ou s’attendre ?
Sang caillé ou sans cahier ? (homophones)
Sangler ou cinglé ?
Sans◡avoir ou sans savoir ?
Sauge, sauce ou chose ?
Savon ou savant ?
Seize◡ans ou saison ?
Sigle ou cycle ?
Sucette ou Suzette ?

T

Tâche ou tasse ?
Tampon ou tympan ?
Touche ou douche ?
Trajet, cracher ou dragée ?
Treize◡heures ou trésor ?

V

Vaille ou veuille ?
Vénéneux ou venimeux ?
Vieille ou veille ?

Z

Zapper ou saper ?
Zébu ou j’ai bu ?

BON [bɔ̃], BONNE [bɔn] : Attention à la prononciation !

Apprenez à prononcer correctement le français avec des exercices de phonétique !

Bon appétit [bɔnapeti]
Bon courage[bɔ̃-ku-raʒ]
Bonne année [bɔnane]
Bonne santé [bɔn-sɑ̃-te]
Bonne soirée [bɔn-swa-re]
Bon ami [bɔnami]
Bonne amie [bɔnami]
Bon pied bon œil[bɔ̃-pje-bɔnɶj]
Bon débarras[bɔ̃-de-ba-ra]
Bon sens[bɔ̃-sɑ̃s]
Bon vent [bɔ̃-vɑ̃]
A quoi bon ?[a-kwa-bɔ̃]
C’est bon.[se-bɔ̃]
Bon à rien[bɔnarjε̃]
Bonne à rien[bɔnarjε̃]
Comme bon te semble.[kɔm-bɔ̃-tə-sɑ̃bl]

Le son [z] dans les liaisons

Extrait de « DES HEURES ENTIÈRES AVANT L’EXIL » (2004) – Frédéric Sonntag

Merci, merci beaucoup, merci, je … je suis très touchée, pffouh !

Merci, merci beaucoup, merci, je… je suis très touchée, pffouh ! c’est… je ne sais pas quoi dire, je n’ai rien préparé, je ne m’y attendais pas du tout… je suis trèsémue, excusez-moi, c’est… c’est trèsimpressionnant de se retrouver ici, d’être là devant vous, c’est beaucoup plusimpressionnant que ce que j’imaginais, c’est… excusez-moi, je, je suis vraiment trèsémue, c’est… pffouh ! ça fait beaucoup d’un seul coup… je ne sais plus ce que je dois dire, je… donc, je, pffouh !… voilà, je reprends mesesprits, je… je voulais tout d’abord vous remercier, vous tous, pour ce très grand bonheur et ce très grandhonneur que vous me faites, je suis vraiment très touchée, vraiment… je tenais également à remercier tous ceux avec lesquels je souhaite partager cette distinction, c’est-à-dire toute l’équipe du film, tous mes partenaires de jeu maisaussi toute l’équipe technique, vraiment merci à vous tous de votre soutien, de votre gentillesse et de votreamour, merci pour tout, merci, je vousaime tous, vraiment, je vousadore… Je voudrais aussi remercier, heu… je voudrais remercier ma bonneétoile et monange gardien — je me suis si souvent demandé ce qu’ils foutaient ces deux-là, que je voudrais me faire pardonner auprès d’eux, pardon les gars, désolée d’avoir douté de vous. Je voudrais également remercier, heu… je ne sais pas, heu… j’ai envie de, de remercier tout le monde, de, de remercier la terreentière, de… j’ai envie de remercier, de remercier le monde, l’amour… et Dieu… et… et le cinéma, de, de remercier la vie, parce que, je crois, le cinéma, c’est la vie et la vie, c’est… c’est le cinéma… voilà, je, je voudrais remercier la vie, et, heu… et le rêveaussi, parce que, je crois, sans le rêve, on n’est rien, je veux dire, sans le rêve, y a pas de vie, heu… Et, pour finir, je voudrais remercier ceux-là — mesamis, mes parents, mes frères — sans lesquels je ne serais pas là ; je voudrais remercier en particulier monamoureux, sans lequel rien ne serait possible, sans lequel rien ne serait probable.

Longtemps cette◡habitude (c’était un pli — était-il mauvais était-il bon —, c’était un pli que j’avais pris), longtemps cette◡habitude prise d’imaginer, lors de certains trajets — certaines◡errances, flâneries, échappées dans la ville —, cette◡habitude prise d’imaginer le discours que je ferais si je recevais le prix de la meilleure◡actrice lors d’une cérémonie de récompenses des métiers du cinéma, d’imaginer ma réaction si l’on me remettait l’oscar de la meilleure◡actrice par◡exemple, le discours de remerciement que je ferais. Une◡habitude prise, allez savoir pourquoi, un réflexe idiot impossible à réprimer. Chaque fois qu’il m’arrivait, marchant dans la rue, de penser à ce genre de cérémonie, je ne pouvais m’empêcher d’imaginer un nouveau discours de remerciement, en fonction de mon◡humeur du moment. Il fallait me voir, alors, m’emporter sur les◡avenues, sur les boulevards, en plein cœur de la métropole, me laisser emporter par mon flot de parole (intarissable source), il fallait me voir faire◡abstraction de l’espace et du temps — abstraction bientôt qui gagnait mon corps —, faire le jeu de mon discours et me laisser dépasser par l’ivresse et le trac ; et le décor autour déjà s’évanouissait (toujours je m’emportais, toujours j’en◡oubliais la rue, ces feux multicolores, ces panneaux d’interdictions notoires, ces signalisations tristes, ces fantômes et ces créatures ; j’en◡oubliais jusqu’aux raisons mêmes de mon déplacement, jusqu’à ma destination, j’en◡oubliais jusqu’à mon destin — qui n’était en rien celui d’une star de cinéma, et qui en prenait de moins◡en moins la direction, j’oubliais tout ; au plein cœur de la métropole, j’étais ailleurs), j’étais seule devant un parterre de stars hollywoodiennes et je remerciais le monde de m’avoir fait◡ainsi, de m’avoir◡élevée jusqu’à ce rang d’étoile ; moi, je faisais mon discours et plus rien ne comptait ; je remerciais le monde, il fallait bien, une récompense pareille, cet◡honneur qu’on me faisait, la reine que je devenais, on me célébrait ! Il fallait me voir. Je pleurais presque. Parfois je pleurais. De joie et de douleur et de joie. Je pleurais sur le trottoir argenté d’une métropole du monde occidental. Et dans◡un dernier sanglot, dans◡un dernier soupir, je remerciais Dieu, mes◡amours, et le monde ; je remerciais la métropole infinie, et je prenais la fuite◡en courant.

« Veuillez » et « Veillez »

Comme leur graphie est presque la même, le risque est grand de les confondre. Un petit point pour éclairer votre lanterne !

Entendez-vous la différence ?

Veuillez [vɶje] / Veillez [veje]

« Veuillez »  [vɶje] est la forme de l’impératif du verbe « vouloir » [vulwar] à la deuxième personne du pluriel (vous). Il est toujours suivi d’un verbe à l’infinitif. On le trouve dans beaucoup de formules de politesse et on l’emploie pour demander poliment quelque chose ou donner un ordre.

Veuillez…

Apprenez à prononcer correctement le français avec des exercices de phonétique !

– Veuillez agréer, Messieurs, l’expression de mes sentiments distingués.

– Veuillez patienter quelques◡instants…

– Veuillez excuser mon retard. (Je vous prie de bien vouloir excuser mon retard.)

– Veuillez vous◡asseoir en salle d’attente…

– Veuillez sortir d’ici immédiatement !

– Veuillez éteindre votre cigarette.

« Veillez » [veje] est la forme de l’impératif du verbe « veiller » [veje]. On l’utilise pour exprimer qu’on reste près d’une personne pour s’en occuper. Suivi de la préposition à, « veillez à » devient synonyme de
« faire attention à ». Lorsqu’il est suivi de « sur », « veillez sur » signifie
« prendre soin de, s’occuper de ».

Veillez…

– Veillez votre◡épouse qui est très malade.

– Veillez à ce que tout soit rangé à mon◡arrivée.

– Veillez à ce que tout se déroule parfaitement bien pendant la cérémonie.

– Veillez à ce que votre bébé ne tombe pas de son lit.

– Veillez sur votre◡enfant. (= surveiller votre enfant)

Veiller signifie aussi « rester éveillé la nuit ».

Enchaînements et Liaisons (partie 4)


Les liaisons avec « il y a » / « il y en a » …

Il y a, il y a eu…

Il◡y◡a  / Il◡y◡a eu / Il◡y en◡a / Il◡y en◡a un / Il◡y en◡a eu un
Qu’y◡a-t-il ?
Il◡y◡a quelqu’un ? Y a-t-il quelqu’un ?

Les liaisons avec en-an / un / on

En en vendant un et en en achetant un…

En◡en◡vendant un et en◡en◡achetant un, on◡est contents ! En◡un◡an / En◡un◡an, on◡en◡a eu.
En◡un◡an, on◡en◡a eu un.
Un◡instant / En◡un◡instant / En◡un court◡instant
De la chance, on◡en◡a, on n’en◡a pas. Pourquoi en◡a-t-on ?On◡en◡a parlé lundi. On n’en◡a jamais parlé.
En◡a-t-on parlé lundi ? N’en◡a-t-on jamais parlé ?
On◡en◡a un. On◡en◡a encore◡un◡autre.
En◡a-t-on un ? En◡a-t-on encore un◡autre ?

On en apprend tous les jours…


On◡en◡apprend tous les jours. En◡apprend-on tous les jours ?
On◡en◡a mis un de côté. En◡a-t-on mis un de côté ?
On◡n’en◡entend jamais parler. N’en◡entend-on jamais parler ?
On◡en◡entend de temps◡en temps. En◡entend-on de temps en temps ?
Sitôt qu’on◡en◡ôte un, on marche plein d’entrain.
En◡en◡ôtant un, on marche plein d’entrain.

Enchaînements et liaisons (Partie 3)

L’enchaînement est un phénomène qui consiste à resyllaber le son consonantique final d’un mot avec le son vocalique initial du mot qui le suit. (Source Wikipédia)

Exemple :

  • Énoncé : « Il appelle un taxi. »
  • Chaîne de phonèmes : /ilapɛlœ̃taksi/
  • Transcription phonétique sans enchaînement (les points indiquent les frontières syllabiques) : [il.a.pɛl.œ̃.tak.si]
  • Transcription phonétique avec enchaînement : [i.la.pɛ.lœ̃.tak.si]

L’énoncé ci-dessus comporte deux enchaînements :

  • entre les sons [l] et [a] avec apparition d’une syllabe [la] ;
  • entre les sons [l] et [œ̃] avec apparition d’une syllabe [lœ̃].
Le bouche à bouche est un geste …

Entraînez-vous ! Voici quelques phrases avec liaison ou/et enchaînement. C’est◡à vous de jouer ! 

[lə.bu.ʃa.buʃ#e.tœ̃.ʒεst.ki.ne.pa.sε̃.pla.re.a.li.ze]
Le bouche-à-bouche est◡un geste qui n’est pas simple◡à réaliser.

[sə.tu.ʒɶ.nɔm#e.de.ʒa.œ̃.ve.ri.tabl.bu.tɑ̃.trε̃]
Ce tout jeune◡homme est déjà un véritable boute-en-train.

[i.lja.ply.zjɶr.pwε̃.dvy.e.tus.sɔ̃.tε̃.te.re.sɑ̃]
Il◡y a plusieurs points de vue, et tous sont◡intéressants !

[ʒə.pɑ̃s.kɔ̃.na.tu.tε̃.te.rε.a.ja.le.tu.sɑ̃.sɑ̃.bl]
Je pense qu’on◡a tout◡intérêt à y◡aller tous◡ensemble.

[se.tyn.mε.zɔ̃.a.vε.kœ̃.ʒar.dε̃.tu.tɑ̃.lɔ̃.gɶr]
C’est◡une maison avec◡un jardin tout◡en longueur.

[i.la.a.nɔ̃.se.la.nu.vεl.də.by.tɑ̃.blɑ̃.ɑ̃.fik.sɑ̃.syr.nu.œ̃.rə.gar.lur.də.su.zɑ̃.tɑ̃.dy]
Il◡a annoncé la nouvelle de but◡en blanc en fixant sur nous un regard lourd de sous-entendus.

[pɑ̃.dɑ̃.vε̃t.ka.trɶr.la.vil.tu.tɑ̃.tjεr#a.e.te.plɔ̃.ʒe.dɑ̃l.nwar]
Pendant vingt-quatre◡heures, la ville tout◡entière a été plongée dans le noir.

[sε.ta.vɔ.ka.i.le.tu.so.fœ̃.ʒe.ni]
Cet◡avocat, il◡est tout sauf◡un génie.

[sε.vjεj.pεr.sɔn#sɔ̃.tɑ̃ .su.za.li.mɑ̃.ta.sjɔ̃]
Ces vieilles personnes sont◡en sous-alimentation.

[ε.la.aʃ.te.yn.rɔb.tu.tɑ̃.dɑ̃.tεl]
Elle◡a acheté une robe tout◡en dentelle.

[vjε̃#ɔ̃.mɑ̃ʒ.ra.tu.tɑ̃.mar.ʃɑ̃]
Viens, on mangera tout◡en marchant.

[kɑ̃.to.p(ə)ti.nu.le.zɑ̃.mεn.rɔ̃.o.zo(o)]
Quant◡aux petits,nous les◡emmènerons au zoo.

[rɛ.ve.ty.pø.lfɛ.ra.tu.taʒ.a.tu.tœr.dy.ʒu.re.dla.nɥi]
Rêver, tu peux le faire◡à tout◡âge, à toute◡heure du jouret de la nuit.

[sε.dø.la.se.lə.ju.re.la.nɥi]
Ces deux-là, c’est le jour◡et la nuit.

[lə.bu.ʃa.o.rεj.fɔ̃k.sjɔn.bjε̃.dɑ̃.tu.le.miljø.prɔ.fε.sjɔ.nεl]
Le bouche◡à oreille fonctionne bien dans tous les milieux professionnels.

[a.vɑ̃.tjεr.syr.le.ʃɑ̃.ze.li.ze.ʒe.vu.sε.tɔm.də.me.prɔ.prə.zjø]
Avant-hier, sur les Champs-Elysées, j’ai vu cet◡homme de mes propres◡yeux.

[kɔ.mɑ̃.ta.le.vu.də.mjø.zɑ̃.mjø.ʒεs.pεr]
Comment◡allez-vous ? De mieux◡en mieux, j’espère ?

[ma.lɶ.røz.mɑ̃.də.mwε̃.zɑ̃.mwε̃.bjε̃.ʒə.sɥi.də.ply.zɑ̃.ply.zε̃kjε]
Malheureusement, de moins◡en moins bien. Je suis de plus◡en plus◡inquiet !

[pti.tap.ti,lwazo.fε.sɔ̃.ni]
Petit◡à◡petit, l’oiseau fait son nid.

[tu.ta.ku.il.sə.rəgard.sɑ̃.zœ̃.mo.də.’o.tɑ̃.ba.pɥi.le.zjø.dɑ̃.le.zjø]
Tout◡à coup, ils se regardent sans◡un mot, de haut◡en bas, puis les◡yeux dans les◡yeux.

[ʃyt.pa.zœ̃.mo.a.kik.sə.swa]
Chut ! Pas◡un mot à qui que ce soit !

Voir également

Enchaînements et liaisons (partie 1)

Enchaînements et liaisons (partie 2)



Enchaînements et liaisons (Partie 2)

  1. Les consonnes finales peuvent passer dans la syllabe qui suit. On parle alors d’enchaînement ou de liaison.

Ce soir, vous◡irez boire◡un verre◡ensemble. [sə-swar-vu-zi-re-bwa-rœ̃-vε-rɑ̃-sɑ̃bl]

L’enchaînement est le passage, dans la première syllabe du mot suivant, d’une consonne finale toujours prononcée.

Avec (on prononce le -c) Avecelle / Aveceux

Pour (on prononce le -r) Pourelle / Poureux

La liaison est le passage, dans la première syllabe du mot suivant, d’une consonne muette, donc jamais prononcée.

Sans (on ne prononce pas le -s) Sanselle / Sanseux
Moins (on ne prononce pas le -s) De moinsen moins
Chez (on ne prononce pas le -z) Chez
elle / Chezeux
Mais (on ne prononce pas le -s) Maisil se mità rire.

Une même phrase peut être prononcée avec ou sans liaison (dans un français plus familier). Elle peuty aller à pied/ Elle peut y aller à pied.
Mes parents sont
arrivés hier. / Mes parents sont arrivés hier.

Les consonnes de liaison les plus fréquentes

La liaison en -z concerne les lettres s, x et z : Vous◡avez de la chance. J’ai dix◡ans. Retournez-y dès que possible.
L’enchainement se fera en -s avec les consonnes s, x : C’est une grosse◡araignée. Nous sommes six◡à table.

La liaison en -t concerne les lettres t et d : Petità petit. Il est huitheures. C’est un grandespace. Un pied-à-terre.
L’enchainement se fera en -d avec la consonne d : Une grandeamitié.

Les liaisons sont obligatoires, interdites ou facultatives.

Les liaisons sont obligatoires dans les cas suivants :

Pronom sujet + verbe (Nous◡irons, vous◡êtes, elle◡arrive…)
Verbe + pronom sujet (Entend-on ? Sait-elle ? Connaît-il ?)
Complément + verbe (On◡en◡a assez…)
Complément + pronom (Je vous◡en prie, tu nous◡en offriras, je vous◡y conduis…)
Déterminant + nom (Sonanimal, uneffort, nosenvies, quelquesidées, toninstinct…)
Adjectif + nom (De gros◡ennuis, un grand◡arbre, un petit◡enfant…)
Adverbe monosyllabique + adjectif (Très◡utile, plus◡avancé, moins◡élancé, mieux◡informé, bien◡arrivé, trop◡évasif…)
Préposition monosyllabique + groupe nominal (Dansune seconde, chezun voisin, sousun dossier, avecuneamie…)
Quand + pronom sujet (Quandonaime, quandil chante, quandelle danse…)
Dont + pronom sujet ( ce donton parle, dont il faut…)

Les liaisons sont interdites dans les cas suivants :


Après « Et » (Et#ils répètent en chœur)
Mot interrogatif + verbe (Quand#arrive-t-elle ? Comment#as-tu fait ? Combien#en as-tu ?)
Exceptions : Comment◡allez-vous, quand est-ce que …)
Devant un -h aspiré (Les#héros, un#hibou, en#haut, le#Honduras, un#Hongrois…)
Déterminant + huit, onze (Les#huit assiettes, les#onze joueurs…)
Nom au singulier + adjectif (unanimal#agressif, une maison#accueillante…)
Exception : un◡accent◡aigu
Prénom ou groupe nominal sujet + verbe (Louis#a ri, le train#arrive, ma grande sœur#estarrivée…)
Pronom non monosyllabique + verbe (Certains#ont cru, plusieurs#aiment, quelqu’un#a…)
Verbe et sujet inversé + groupe verbal (Peut-on#interdire, sais-tu#écrire, vont-elles#accepter…)

Les liaisons autorisées, facultatives

Nom au pluriel + adjectif (Les livres illustrés, certains regards amusés, des yeux écartés, des figures étonnées…)
Verbe + verbe (Elleest arrivée, ilest entré, ilétait une fois, nousallions oublier…)
Verbe + complément / adverbe (il◡est encore en retard, elle sourit aux clients, elles dorment encore…)
Après Mais (Mais il continue, mais on préfère…)
Après un adverbe non monosyllabique (assez abordable, extrêmement important, entièrement aménageable…)
Après une préposition non monosyllabique (depuis un siècle, avant un orage, depuis un an, devant elle, durant une année, pendant uneheure…)
Après pas/plus/rien (Rien à faire, pas assez, plus ou moins…)

Écoutez la différence entre enchaînement et la liaison

Les enfants dorment encore / Les enfants dormentencore
Ils rêvent ensemble / Ils rêventensemble

Voir également :

Enchaînements et liaisons (Partie 1)
Enchaînements et liaisons (Partie 3)

Prononcer correctement le français grâce à la phonétique !